Arles

Déjà très connue pour son festival de photographie, Arles l’est aussi pour ses nombreux vestiges datant de l’Antiquité, mais c’est aussi en été une ville où on aime se perdre au gré de ses rues provençales.

Nous avons pris le temps cette fois-ci et avons passé une journée entière dans cette ville d’art et d’histoire des Bouches-du-Rhône, et je pense qu’on aurait même pu y rester plus longtemps …

Le théâtre antique est classé Monument Historique depuis fort longtemps, et après nous être cassés le nez devant l’Office du Tourisme, fermé, nous y arrivons en passant par le Jardin d’Eté, agréable parc agrémenté de quelques sculptures.

jardin d'été Arles théâtre romain

Je vous montrerai plus loin l’amphithéâtre, qui est plus récent d’un siècle … le théâtre est bien moins conservé hélas … car il fut fortifié et remanié au Moyen-Âge, ses matériaux étant utilisés pour des constructions extérieures ; mais les fouilles ont permis de retrouver quand même les dispositions de celui-ci. Il ne subsiste que quelques gradins, l’orchestre, la fosse du rideau de scène et deux hautes colonnes de marbre. Il y avait à l’origine 33 gradins, et le théâtre mesure 102 mètres de diamètre … pouvant accueillir environ 10 000 spectateurs.

vestiges romains arles provence

Théâtre antique – Tarif adulte offre couplée avec l’amphithéatre romain : 9 € pour les deux sites

Coeur de la ville, voici la Place de la République, bordée de différents bâtiments, située au sud de l’ancien forum romain, et agrémentée d’un obélisque au centre. Il provient du cirque romain et date de la fin de l’Antiquité. Il a été installé (non sans difficulté) sur cette « place Royale » comme on l’appelait en 1676, érigé « pour la plus grande gloire de Louis XIV ».

C’est surtout ici que se trouve la Cité Episcopale, reconstruite dès le XIIe siècle par la communauté chrétienne, remplaçant une première cité construite à l’Est de l’Hauture. Elle comprend la Primatiale Sainte-Trophime, l’Archevêché et les bâtiments canoniaux organisés autour d’un cloître dont la construction ne se terminera qu’au XIVe siècle.

Sur la photo ci-dessous, on voit l’obélisque et en arrière-plan, l’hôtel de ville. C’est par la porte d’entrée principale, sous le grand drapeau, qu’il faut passer pour visiter les surprenants cryptoportiques.

arles place république

Mais revenons à notre Cité Episcopale : en nous dirigeant vers la place, nous sommes passés devant la porte du cloître Saint Trophime, de style roman. Ce cloître se trouve au centre des bâtiments canoniaux de la cité.

porte cloître saint trophime arles

Son originalité réside dans le fait qu’on trouvera à la fois des galeries de style gothique (au sud et à l’ouest), et d’autres de style roman provençal (au nord et à l’est). En effet, la construction a débuté au XIIe siècle, quand on a décidé de créer des espaces conventuels pour les chanoines chargés d’assister l’évêque et de gérer les biens de l’église. Ces bâtiments furent construits autour d’un cloître, avec deux allées pour commencer. C’est au XIVe siècle qu’on complètera par deux autres galeries, de style différent. En tous cas, il est très intéressant d’observer tous les personnages ou créatures, animaux, sculptés dans la pierre des piliers, hélas fragilisés par la pollution, l’érosion pluviale principalement. Le cloître a été rénové récemment, entre 2005 et 2015, pendant une campagne réunissant une équipe pluridisciplinaire internationale, qui lui a rendu un peu de son éclat. Il a été classé aux Monuments Historiques à partir de 1846, et au patrimoine de l’UNESCO en 1981.

arles cloître sainte trophime

arles cloître sainte trophime

Dans la salle capitulaire romane, on peut voir de très belles tapisseries de la fin du XVIIe siècle représentant des scènes de la Jérusalem délivrée, mais aussi de la naissance de Marie (ci-dessous). Cette dernière est la seule à avoir été tissée dans les ateliers d’Aubusson. (on peut voir les autres éléments dans la nef de l’église Saint-Trophime).

tapisseries saint trophime église arles

Cloître Saint-Trophime – Tarif adulte : 5,50 €

Jouxtant le cloître, voici l’ancienne cathédrale Saint-Trophime, et son magnfique portail de style roman. On y voit de nombreuses scènes et personnages : sur le tympan, le Christ dans sa gloire, qui lève le bras droit en signe du jugement qu’il a annoncé pour la fin des temps. On retrouve les douze apôtres sur le linteau, avec au centre Saint-Pierre et Saint-Paul, ainsi qu’une frise de part et d’autre. Ces apôtres sont également représentés au niveau des six colonnes en calcaire noir ; ils foulent sous leurs pieds des monstres et des fauves déchirant des hommes et des animaux, symboles de forces maléfiques. Sous les colonnes, figurent des scènes de l’ancien Testament. Elle a été bâtie sur le site d’une ancienne basilique, dédiée à Saint-Etienne, et qui datait du Ve siècle.

arles bouches du rhone cathédrale

A l’intérieur, l’ancienne cathédrale, maintenant reléguée au statut de « basilique mineure » depuis 1882, se révèle assez sobre, avec une haute nef (20 mètres) de cinq travées voûtées en berceau. Comme d’autres vestiges romains et romans de la ville, elle est classée au patrimoine de l’UNESCO.

Arles cathédrale Trophime

Entassés dans cette chapelle, de nombreuses reliques de saints vénérés au fil des siècles, dont celles de Saint-Etienne ou de Saint-Trophime. La vénération de ces restes remonte aux martyrs des premiers siècles, sur les tombeaux desquels on venait prier et célébrer la messe. On y trouve par ailleurs plusieurs tombeaux et sarcophages, dont la tombe de l’archevêque Gaspard du Laurens.

cathédrale reliques arles

arles cathédrale sainte trophime

Eglise Saint-Trophime – Accès libre

Toujours sur la place de la République, à gauche de l’Hôtel de Ville, voici la façade de l’église Sainte-Anne, qui date de 1620. Elle était fermée lors de notre passage, je ne sais pas si c’est le cas tout le temps.

église Arles Bouches du Rhône

Nous avons ensuite visité les cryptoportiques ; pour y accéder, il faut entrer dans l’Hôtel de Ville. Les horaires de visite varient suivant la saison, il est prudent de vous renseigner au préalable. Le prix est de 4,50 € pour le plein tarif. Mais que sont les « cryptoportiques » ??? Ce sont en fait les soubassements, la partie cachée du forum, place publique centrale d’une ville romaine, très importante dans la vie de l’époque. Ces fondations se présentent sous forme de trois galeries formant un « U » ouvert vers l’Ouest.

Le forum d’Arles est achevé sous le règne de l’empereur Auguste en 25-10 avant Jésus Christ. La place rectangulaire de 3400 m², bordée de portiques, et ses bâtiments, constituaient le centre social, politique, économique et religieux de la cité. Une curie (lieu de réunion du Sénat local), une basilique civile (siège de la justice), des édifices religieux et des boutiques s’élevaient autour de la place.

Lors de votre séjour à Arles, réfléchissez aux visites que vous souhaitez programmer. Des tickets couplés ou des « Pass Liberté » ou « Pass Avantage » permettent de faire quelques économies ; on vous renseignera à l’Office du Tourisme (s’il est ouvert !!!) ou directement au guichet des lieux visités.

arles cryptoportiques

arles cryptoportiques romain

vestiges romains arles

Cryptoportiques – horaires variant suivant la saison (accès par l’Hôtel de Ville)
Tarif adulte : 4,50 €

En sortant de l’Hôtel de Ville, nous arrivons en face du Palais des Podestats, qui était l’un des plus anciens édifices (il date du XIIIe siècle, de style roman) qui témoigne de l’importance du pouvoir communal dans la ville. Devant celui-ci, nous sommes intrigués par ces pierres en plusieurs niveaux. Il s’agit du « banc de justice« , des gradins de pierre où s’asseyaient les officiers comtaux pour prêter serment et jurer de respecter les privilèges de la ville.

arles banc à degrés

Près du restaurant où nous avons déjeuné, sur le côté sud du boulevard des Lices, nous avons remarqué cette belle façade : nous pensions qu’il s’agissait d’une église, mais en fait, il s’agit de la chapelle de la Charité. Construite à partir de 1708, elle fait partie d’un ensemble plus vaste, le couvent des Carmélites. Une grande partie de ce couvent a été aménagée en hôtel de luxe, l’hôtel Jules César. La chapelle appartient désormais à la ville, et n’est ouverte que ponctuellement au public, pour des expositions temporaires, et qu’il est difficile de voir l’intérieur hélas.

chapelle charité arles

arles cesar romain

Sur la place du Forum, si animée avec tous ses cafés et restaurants, on voit, enchassé dans la façade d’un hôtel historique, un demi fronton et deux colonnes reconstituées, à chapiteaux corinthiens, seul vestige qui nous reste de l’ancien forum (voir plus haut la visite intéressante des cryptoportiques). Cette place a, en tous temps, été le symbole de la rencontre et de l’échange. Dès l’Antiquité, elle était la place annexe du forum principal (fin du 1er siècle avant Jésus-Christ), et Vincent van Gogh y a fréquenté quelques cabarets …

place forum arles

Nous arrivons enfin à la « pièce de résistance », l’amphithéâtre romain (qu’on appelle aussi « les arènes »). C’est en effet le monument le plus important de l’ancienne colonie romaine, qu’on peut encore admirer, deux mille ans après son édification. Lorsqu’il était complet, celui-ci pouvait recevoir jusqu’à 21 000 spectateurs ! Au cours de la visite, on s’apercevra que le bâtiment est vraiment très intelligemment conçu, pour gérer un tel flux de personnes, avec un grand nombre de portes, galeries et escaliers, sur plusieurs étages. La « cavea » comprenait 34 niveaux de gradins, divisés en quatre séries : les « maeniana », où les spectacteurs étaient répartis suivant leur rang social. On le compare parfois à celui de Nîmes, c’est vrai qu’il a sensiblement la même taille, mais il est légèrement plus grand.

arles arènes romaines vestiges

arles romaines arènes

C’est aujourd’hui le monument le plus visité de la ville, et on le comprend …. comme j’aimerais me télétransporter à cette époque romaine et voir les spectacles de jeux et combats qui étaient donnés ici, me mêler à la foule …  Incroyable de penser que ce lieu était devenu une véritable ville close et fortifiée, à l’époque du Moyen-Âge. Ce n’est qu’au XIXe siècle que l’édifice fut dégagé et restauré et qu’il retrouva, en partie, sa fonction initiale. C’est pourquoi d’ailleurs on le dénomme aussi « les arènes », car on y pratiquait la tauromachie aux époques plus proches de la nôtre. (j’avoue que je suis moins fan !). Dommage qu’on ne voit plus tout le système ingénieux de la scène, une machinerie qui nous étonnerait sûrement. Par ailleurs, un attique surmontait la façade : y étaient fixés des mats qui soutenaient un velum (une grande pièce de tissu en lin, tendue) et permettait d’abriter les spectateurs du soleil.

arles bouches du rhone romain

Amphithéâtre romain (arènes) – Ouvert tous les jours, mais horaires variant suivant la saison – Tarif adulte offre couplée avec le théâtre romain : 9 € pour les deux sites

Comment se rendre à Arles sans voir le musée Van Gogh ? Attention, ce n’est nullement un musée où sont exposées une quantité d’oeuvres du peintre, mais plutôt des hommages à celui-ci, qui a été si fortement inspiré par cette ville. Cette fondation se trouve dans un hôtel particulier du XVe siècle, qui fut déjà transformé par la Banque de France quand elle s’y est installée. Les architectes de l’agence FLUOR ont travaillé à conserver la lumière dans ce bâtiment de 2400 m², élément prépondérant pour van Gogh, et qu’il appréciait tant en Provence.

fondation van gogh arles

fondation peinture van gogh vincent arles

fondation van gogh arles

Certaines oeuvres sont parfois assez … inattendues, comme cette installation de l’artiste suisse Thomas Hirschhorn – « Indoor van Gogh altar » (bois, carton, adhésif, aluminium, gaine inox, câbles ….)

altar van gogh arles hirschhorn

Je vous conseille d’aller à la fin de votre visite au dernier étage du musée, on y jouit d’une très belle vue panoramique sur Arles et ses environs : les toitures de la ville, le Rhône et l’abbaye de Montmajour (voir plus bas)  ….

arles vue panoramique toits

Fondation Vincent van Gogh Arles – 35 rue du Docteur Fanton
Ouvert tous les jours sauf le mardi de 10 h à 18h (tous les jours en avril) – Tarif adulte : 10 €

arles bouches du rhone

Où manger ?

Situé juste à l’extérieur du centre ville, à côté de la Chapelle de la Charité, le restaurant Lou Marques est rattaché à l’hôtel MGallery Jules César. En été, il est très agréable de déjeuner en terrasse, il y a à la fois des tables à l’ombre et d’autres au soleil. Nous n’avons pas regretté ce choix de dernière minute !

arles restaurant lou marques

Dans les environs : je vous recommande vraiment d’aller voir l’Abbaye de Montmajour, qui est de toute beauté. Cette abbaye bénédictine est un monument exceptionnel qui témoigne de huit siècles d’histoire et d’architecture monastique ! Elle a été construite pour une communauté de 50 à 80 moines, et se compose de plusieurs éléments de style roman, gothique et classique.

abbaye montmajour arles

abbaye montmajour arles

L’un des éléments les plus anciens (XIe – XIVe siècle) est cette nécropole, qui est à l’origine même de l’abbaye (voir photo ci-dessous à droite) : des tombes creusées dans la roche. En effet les familles des moines enterraient leurs proches ici, célébraient les messes privées, en échange ils recevaient des droits de mortalage (ils percevaient une partie de la succession).

tombes montmajour abbaye

Parmi les autres bâtiments du site, on peut voir l’Ermitage qui date du XIe siècle (voir photo ci-dessus à gauche, avec sa tour défensive Pons de l’Orme), qui possède deux chapelles accolées, dont celle du côté nord réutilise une grotte naturelle. Elle est prolongée à l’Est par des salles troglodytes. Nous y avons visité également le cloître et l’abbatiale

Epinglez-moi sur Pinterest !

bouches du rhone arles visites

Partager cet article

Voyage

2 commentaires

  1. 1

    Cette ville est tellement magnifique …. j’y retourne toujours avec grand plaisir … je ne connais pas par contre cette abbaye de Montmajour, il faudra que je la visite la prochaine fois !

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas visible. Les champs obligatoires sont marqués *

Vous pouvez utiliser HTML les tags et attributs: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.