Bâle

Vivant à Lyon, nous visitons la Suisse assez fréquemment, en particulier Genève. Mais il serait injuste de vous priver de la découverte de Bâle, qui nous a vraiment beaucoup charmés. En complément de mon précédent article street art au Locle, voici donc un petit guide pour appréhender cette ville qui est la capitale culturelle de la Suisse, bordée par la France et l’Allemagne !

Mais avant toute chose, savez-vous qu’il faut détenir, dès le passage de la frontière suisse, un sésame qui vous épargne la corvée des péages ? Ce document était et est toujours disponible au poste de douane, mais il est bien plus aisé maintenant d’acheter la version numérique de celui-ci. Mais vous vous demandez peut-être « cette vignette suisse ou l’acheter  » ? Cela se fait très facilement en ligne, c’est bien plus rapide, le paiement se fait en deux clics et vous êtes identifié grâce à la plaque d’immatriculation de votre véhicule (que vous pourrez changer ultérieurement si nécessaire).

Dans cet article nous allons voir :

  • le Kunst Museum
  • les rives du Rhin
  • le quartier médiéval
  • la cathédrale Notre-Dame et le cloître
  • la fondation Beyeler
  • le campus Vitra

Commençons notre visite par le Kunst Museum, un immense musée où l’on pourrait passer des heures … une partie protégée avec de grandes arcades et des colonnes aux chapiteaux sculptés abrite la billetterie.

kunst museum bale suisse

suisse kunst museum

Le musée d’art bâlois est divisé en trois espaces : Hauptbau, Neubau, et Gegenwart. Le bâtiment le plus ancien est le Hauptbau, conçu en 1936 par l’architecte bâlois Rudolf Christ et son collègue stuttgartois Paul Bonatz. On y trouve l’art bâlois, mais aussi des collections du Moyen-Âge et de la Renaissance, XVIIe, XVIIIe et XIXe au niveau 1, et des oeuvres d’art moderne européen au niveau 2.

suisse bale art kunst museum

kunst museum suisse bale

suisse bale kunst museum

Dans Neubau, on peut admirer des expositions temporaires mais également des oeuvres bien plus contemporaines.

kunst museum bale basel

Le Gegenwart se situe ailleurs dans la ville et nous ne l’avons pas visité.

Kunst Museum – Mardi, jeudi, vendredi, samedi, dimanche : 10 h à 18 h – Mercredi : 10 h à 20 h – Fermé le lundi – Tarif : Collections et expositions : 16 CHF – si exposition spéciale en plus : 26 CHF
⇒ Bon à savoir : gratuit pour les moins de 13 ans

Dans le centre ville nous avons pu voir quelques belles façades, dont celle-ci de style baroque et élégamment décorée. Hélas lors de notre venue les rues subissaient des travaux de voierie importants, ce qui gâchait un peu la balade.

facade maison baroque bale

suisse bale architecture

La partie la plus ancienne, médiévale, vaut également le coup d’oeil, avec quelques maisons à colombage … ce quartier Saint-Alban, avec ses fontaines et ses ruelles discrètes, est vraiment très agréable.

maison médiévale bale suisse

bale vieille ville suisse

Comme le temps était vraiment magnifique en ce début d’automne, nous avons opté pour une promenade sur le Mittlere Brücke, dont le prédecesseur fut l’un des tout premiers ponts construits sur le Rhin, en 1220 (d’où on a une très belle vue sur la vieille ville) puis sur les quais. La version actuelle, qui l’a remplacée, date de 1905. En été, il est possible de se laisser dériver dans les eaux du Rhin, non sans avoir placé ses affaires au sec dans un bidon en plastique. C’est une pratique que nous avions déjà remarquée à Berne, n’hésitez pas à relire mon article.

quai rhin bale suisse

Si cela vous chante, des croisières sont organisées au départ de Bâle, par la compagnie de navigation bâloise, que ce soit pour le brunch, le déjeuner, ou pour profiter du coucher du soleil pendant un dîner romantique, au gré des écluses (d’avril à octobre seulement). C’est une expérience que j’aimerais bien tenter lors d’un prochain voyage.

Sur le quai rive droite, les promeneurs sont nombreux, mais nous prêtons grande attention aux belles maisons qui le longent, en imaginant le prix qu’elles doivent coûter ! Quelle belle architecture et quel emplacement d’exception dans ce quartier du « petit Bâle » !

suisse petit bale maison

maisons bale suisse

maison bale facade architecture

Un des passages obligés est la place de la cathédrale, où la fête foraine battait son plein. Cette foire d’automne commence en général fin octobre et se termine mi-novembre ; elle s’étend sur sept grandes places et une halle ! C’est un évènement d’envergure … Nous avons vite traversé les attractions, pour pénétrer dans ce monument imposant, aux deux flèches jumelles. Notre-Dame fut d’abord construite dans le style roman, mais après sa partielle destruction lors d’un tremblement de terre en 1356, elle fut finalement terminée dans le style gothique. Elle doit sa jolie couleur à la pierre qui est utilisée pour sa construction : le grès rose (on voit quelques blocs de grès plus clair par endroits, qui correspondent à des phases antérieures).

 


cathedrale bale suisse vitraux

bale cathedrale suisse

Au nord, un des principaux éléments de valeur est la porte de Saint-Gall, richement sculptée dans le style roman, est de toute beauté.

bale cathedrale porte saint gall

Outre la cathédrale, on visite le grand cloître gothique, qui est particulier car il semble un peu nu, sans puits central comme on y est habitués.

bale cloitre cathedrale

A l’intérieur d’un petit cloître attenant au principal, j’ai remarqué ce stand de légumes et fruits sculpté dans le bronze, qui est assez original.

cathedrale bale cloitre sculpture

Dans la crypte, il y a de magnifiques gravures au plafond, qui sont byzantines et dédiées au culte marial illustrant l’Annonciation, la Nativité, la visite des Rois Mages et la fuite en Egypte. Elles ont fait l’objet d’une restauration récente.

crypte cathedrale bale suisse

Enfin, avant de partir, faites quelques pas sur la terrasse, la Pfalz, qui offre, côté Rhin, une belle vue sur les quais et le petit Bâle.

Cathédrale – Münsterplatz 9 – Ouvert de 11 h à 16 h (11 h 30 le dimanche)

À voir dans les environs

Amoureux d’art, voici un lieu qu’il faut voir absolument … la fondation Beyeler, qui est l’un des plus importants musées privés de Suisse. C’est le galeriste Ernst Beyeler et sa femme Hildy qui ont constitué cette collection et en font profiter aujourd’hui le public. Ils ont créé leur fondation en 1982, puis ont ouvert le musée en 1997. Le couple est hélas décédé maintenant, mais une nouvelle direction continue à animer le lieu.

Le prix d’entrée est assez élevé c’est vrai, mais le lieu est vraiment très beau, ainsi que le jardin.

fondation beyeler riehen

suisse bale fondation beyeler

La collection permanente de la fondation Beyeler est riche de nombreuses oeuvres des principaux peintres et sculpteurs mondiaux : Picasso, Degas, van Gogh, Giacometti, Matisse, Ernst, Léger, Seurat …

degas kunst museum bale suisse

fondation beyeler bale peinture

En parallèle, des expositions temporaires sont organisées et nous avons eu la chance, lors de notre visite, de voir le tout début de l’expo consacrée aux oeuvres de l’artiste américain Duane Hanson., un évènement préparé pour le 25e anniversaire d’existence de la fondation. J’avais déjà vu de tels exemples d’art hyper-réaliste lors de ma visite du Kunsthal à Rotterdam aux Pays-Bas. On se méprend presque tant ces sculptures, à taille réelle, représentant des personnes typiques de l’american way of life des années 70, j’adore !

fondation beyeler duane hanson art

fondation beyeler duane hanson

Actuellement, on peut y admirer les oeuvres de l’artiste géorgien Niko Pirosmani, peintre solitaire ; l’expo réunit une cinquantaine d’oeuvres, et peut être vue jusqu’au 28 janvier 2024. C’est une belle collaboration avec le musée Louisiana de Copenhague, qui a prêté plusieurs tableaux.

Le bâtiment qui abrite le musée est magnifique, avec de grandes baies vitrées qui donnent l’impression d’être dans le jardin, et dans ce grand couloir, des canapés blancs vous tendent les bras pour une pause zen, véritable bibliothèque aux nombreux livres d’art en libre service … j’ai choisi un ouvrage sur Fernand Léger, artiste que j’admire beaucoup.

fondation beyeler bale bibliotheque

fondation beyeler bale suisse

Fondation Beyeler -Baselstrasse 101, 4125 Riehen – Ouvert le lundi, mardi, jeudi, samedi et dimanche de 10 h à 18 h – mercredi : 10 h à 20 h – vendredi : 10 h à 21 h
Tarif : 25 CHF

Bon à savoir : le mardi le tarif passe à 20 CHF !

Nous avons eu un gros coup de coeur pour le site Vitra, qui mériterait à lui seul une journée complète d’exploration ! Il n’est pas à Bâle même, mais si près (15 minutes en voiture pour rejoindre cette ville en Allemagne) que ce serait vraiment dommage de ne pas y aller, surtout si vous aimez le design ou la décoration intérieure.

Le campus Vitra s’étend sur 25 hectares, et on n’en voit qu’une petite partie, puisque le reste concerne la fabrication et le stockage (entrepôts). C’est suite à un incendie qui détruisit la majeure partie de ses usines que le fabricant suisse de mobilier design Vitra décida de s’implanter sur la ville de Weil-am-Rhein. Il reconstruisit son site industriel à la manière d’un parc d’architectures. Vous connaissez sûrement les créations best-seller qu’il édite, les chaises crées par Ray et Charles Eames, si souvent copiées.

On peut dire que c’est maintenant l’un des musées les plus connus au monde désormais dans le monde du design. Outre Eames que j’ai déjà cité, ils ont des meubles de Jean Prouvé, Dieter Rams, George Nelson … et bien d’autres.

Voici la « Vitra Haus« , étrange architecture conçue par le cabinet Herzog & de Meuron, dont les fondateurs sont natifs de Bâle et mondialement connus pour leurs réalisations de la Tate Modern à Londres, le Stade National de Pékin, le Prada Epicenter à Tokyo … Ils ont également dessiné le Schaudepot évoqué un peu plus bas. Il s’agit en fait de douze maisons en stuc gris, sur cinq étages, qui servent de showroom à Vitra, mélange de pièces classiques et de nouveautés, et tellement inspirant … j’aurais pu y passer la journée.

vitra house design allemagne

vitra house bale suisse

vitra house design decoration

Côté Sud, nous avons une superbe vue sur le Oudolf Garten conçu par le paysage néerlandais Piet Oudolf, inauguré en 2021, ainsi que sur ce très étrange toboggan, que nous allons essayer plus tard, comme des enfants ! Octobre n’était peut-être pas la meilleure saison pour le voir, mais il est très beau tout de même … Il s’étend sur 4000 m² et est composé d’environ 30 000 plantes différentes ; de plus, des ruches ont été installées sur le campus Vitra, deux employés formés à l’apiculture s’occupent avec soin des colonies d’abeilles.

oudolf garten piet bloom vitra

Nous n’avons pas visité le Design Museum cette fois-ci, mais avons vu le Schaudepot (qui date de 2016), avec une magnifique installation de Sabine Marcelis, « Colour Rush!« , qui met en scène, par couleur, 400 objets de l’imposante collection Vitra. Méridiennes, chaises, fauteuils, guéridons … sont disposés sur des étagères immenses. Cette présentation par la créatrice néerlandaise de meubles et lampes est complétée par des documents d’archives qui illustrent l’approche de la couleur par les designers de différentes époques. J’ai trouvé cela passionnant.

vitra bale schaudepot art design

colour rush schaudepot bale

On peut également voir dans une autre partie du Schaudepot une reproduction du bureau de Charles Eames, et découvrir derrière une vitre toute la collection de chaises et autres objets (près de 7000) attendant patiemment sur des rayonnages.

bureau eames schaudepot vitra

Quelques souvenirs sont en vente dans le bâtiment, affiches, petits articles design faisant référence aux objets présentés.

Sur place, il y a un café, le « Depot Deli », où l’on peut grignoter et même bruncher le dimanche de 9 h 30 à 14 h.

Vitra Museum & Vitra Schaudepot – Charles-Eames-Straße 2, 79576 Weil am Rhein
Ouvert tous les jours de 10 h à 18 h – La billetterie est séparée pour chaque bâtiment, les prix sont assez élevés aussi renseignez-vous avant la visite. Vitra Design Museum : 15 € – Schaudepot : 12 € – Billet spécial pour les deux : 21 €. Installation « Colour Rush! » de Sabine Marcelis à voir jusqu’en mai 2024.

Bon à savoir : l’accès à la VitraHaus est gratuit !
Bon à savoir bis : on peut rejoindre le campus Vitra en voiture, bien sûr, mais aussi en bus, en tram, en train et même en vélo !!!

Où manger ?

Pour déjeuner rapidement avant ou après la visite du musée, je conseille fortement le restaurant du Kunst Museum, le « Bistro ». Mes ravioli aux champignons et pignons, à la crème, étaient délicieux, maridou a opté pour un croque-monsieur-salade, qu’il a bien apprécié. Tout cela avec une bière, un déjeuner vite servi et qui nous a bien rassasiés.

restaurant kunst museum bale

Bistro Kunstmuseum – Ouvert de 9 h à 19 h du mardi au dimanche (mercredi fermeture à 21 h)
Menu entrée + plat à 25 CHF – Flamekueche de 19 à 23 CHF – Desserts 14 CHF

De même, à la fondation Beyeler, nous avons choisi de déjeuner juste à côté, à la Villa Berower.

restaurant fondation beyeler

villa berower fondation beyeler

Beyeler Restaurant im Park – en semaine, service en continu de 11 h 30 à 16 h (jusqu’à 17 h le week-end – (attention pas de réservation possible, sauf pour le dîner le vendredi soir)

J’espère que cette découverte de Bâle côté culture vous a plu, vos commentaires me font toujours plaisir, cette ville vous attire-t-elle ?

Partager cet article

Voyage

5 commentaires

  1. 1
  2. 3

Répondre à Pascal Annuler la réponse

Votre adresse email ne sera pas visible. Les champs obligatoires sont marqués *

Vous pouvez utiliser HTML les tags et attributs: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.