Vitoria-Gasteiz la ville peinte

 

Lors d’un voyage dans le pays basque espagnol, j’ai fait un arrêt dans la très belle ville de Vitoria-Gasteiz, à 65 kilomètres de Bilbao, au Pays Basque. Vitoria-Gasteiz est très vallonée et il faut avoir la forme pour arpenter les escaliers qui permettent de passer de la partie haute à la partie basse et inversement … mais heureusement il existe aussi des escalators et ascenseurs pour les personnes âgées, à mobilité réduite ou les familles avec poussette. C’est ici que vous trouverez de nombreuses fresques de street art.

Itinerario Muralistico de Vitoria-Gasteiz (IMVG) est un projet d’art public lancé en 2007 par Christina et Veronica Werckmeister, projet dont le grand mérite a été de créer chaque année des immenses fresques collaboratives à travers toute la ville. Attention il ne s’agit pas ici de festival où des street artistes sont invités pour peindre. C’est une mise en valeur de certains murs, dont la ville assure totalement le coût et l’organisation. Le but était de redynamiser le quartier médiéval de Vitoria-Gasteiz, et ce fut fait entre 2007 et 2012, pendant l’été, avec une à trois fresques à chaque fois, immenses (150 à 200 mètres carrés), soit plus d’une dizaine à ce jour, qui ont impliqué toutes les tranches d’âge de la population, artistes ou pas.

Il faut savoir que les fresques sont recouvertes d’un vernis anti-graffiti, qui permet d’éviter les dégradations de ces oeuvres qui ont coûté du temps et de l’argent ! On est loin de l’esprit libre de l’art de rue éphémère, mais c’est tout de même très agréable à regarder.

Voici un aperçu des fresques que vous pouvez voir, il y en a pas mal et c’est un vrai plaisir de voir ces peintures monumentales égayer la ville.

vitoria_gasteiz_street_art

C’est sur ce pignon d’immeuble avec plusieurs fenêtres que se trouve « Le triomphe de Vitoria« , l’une de mes fresques préférées du parcours. Avec ses allures médiévales, les trois personnages sont représentés sur un joli fond vert foncé. Il s’agit d’une femme noble, Victoria, à droite, et de « Fraudulentus » en bas, symbole du pouvoir, et « Fidelitas » à gauche, la domestique de la dame, Vous avez peut-être reconnu la toile dont s’inspire ce dessin, il s’agit du « tricheur à l’as de carreau » de Georges de la Tour (XIVe siècle). Il faut s’y attarder longtemps, les détails sur par exemple les costumes des personnages sont superbes … et ces couleurs ! Bravo à Carlos Adeva pour cette peinture !

vitoria gasteiz la ville peinte

J’aime beaucoup l’association de l’orange et du bleu turquoise sur « Auzoan Hazi Hezi Bizi » , quel drôle de nom pour cette immense fresque du quartier Santa Ana ! Sa signification en français est « grandir, éduquer et vivre dans le quartier ». Un bel hommage à l’association des parents de l’école publique Ramón Bajo, son corps enseignant, les collectifs du quartier … La particularité de cet école est d’encourager l’enseignement de l’ « euskara », la langue basque. C’est Alexandre Fernandez qui est l’artiste principal ; j’aime beaucoup le coup de pinceau de cet illustrateur. Tous les acteurs (élèves, parents, enseignants) ont travaillé sur l’élaboration de la fresque, elle leur ressemble vraiment.

vitoria gasteiz ville peinte art bizi

A gauche, le fil du temps a été peint par la directrice de IMVG et Christina Werckmeister. Ce fut la première fresque en plein air peinte dans la ville. Pourquoi le fil du temps ? Il faut remonter dans le passé, au Moyen-Âge sur cette place se tenait un marché de toiles et tissu. Il a fallu un groupe de 13 bénévoles, artistes ou pas, pour la réaliser, pendant quatre semaines, et on est bluffé par le réalisme de la texture, des couleurs des tissus.

Le dessin de droite ne fait pas partie du parcours et il est bien plus récent, il a été réalisé pendant la manifestation « KontrastAfrika », une exposition tenue en 2017, à partir de deux photos prises par Kike Gomez et Javier Corso au Bénin. Les auteurs sont le collectif FillInCulture , avec des techniques de spray et de collage.

vitoria gasteiz fresques pays basque

Pas facile de photographier cette fresque double, à cause du manque de recul. Comme vous pouvez le voir, elle est partagée en différents morceaux, mais c’est surtout la partie basse et cette jolie plaque indiquant que c’était le quartier de la viande qui nous a attirés. Eskuz Esku est le titre, qui signifie « main à main » ; il y a en effet une main sur chacun des murs. La main (eskua en basque) est l’outil à travers lequel surgissent la musique, l’art, le travail, comme l’illustre la fresque, à droite une main qui sème, (et une tomate qui pousse dans un potager urbain) une main qui joue du saxophone. Cette visite de Vitoria-Gasteiz me permet de découvrir plusieurs artistes que je ne connaissais pas du tout, comme celle qui a peint celle-ci, Estibaliz Vera, qui est également illustratrice.

street art vitoria gasteiz espagne

Voici quelques détails de la partie inférieure, où la mosaïque est très présente. La main qu’on a déjà vue sur la partie supérieure est aussi là, (main de fatma) et plusieurs textes en différentes langues, volontairement non traduits, invitant les passant à imaginer leur signification. La mosaïque est construite de manière artisanale, en céramique, miroir, carrelage. Pour cette partie, c’est John Pitman Weber qui était le « lead artist » ; il vit et travaille à Chicago.

vitoria gasteiz pays basque murals

La lumière de l’espérance , quel beau titre pour ce mur qui comporte différents personnages (désolé pour le groupe de personnes avec le matelas, en bas à droite). Deux artistes ont peint cette fresque, Michelle Angela Ortiz (de Philadelphie, USA) et Ivan Garcia Bartolome , un enfant du pays, puisqu’il vient de Bilbao et a étudié à l’école des Arts et Design ici ; ils se sont faits bien sûr aider par quelques bénévoles, comme c’est le cas pour toutes ces grandes fresques.

On peut voir sur l’illustration ci-dessous que les problèmes sont représentés en couleurs froides (bleu, mauve), et les solutions en couleurs chaudes (jaune, orange, rouge). La thématique nous montre l’inégalité homme-femme, induite par les stéréotypes de l’éducation. Des sponsors ont financé cette peinture, notamment certaines associations qui veulent développer le rôle des femmes dans la paix : Resolution1325 .

ville peinte vitoria gasteiz

Vous pouvez sauvegarder cet article sur les fresques de Vitoria-Gasteiz sur Pinterest si vous le souhaitez :

pays basque murales peintes

Plus d’informations et carte des fresques ici :

http://www.muralismopublico.com/p/en/murals/vitoria-gasteiz.php

2 commentaires

  1. 1
  2. 2

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas visible. Les champs obligatoires sont marqués *

Vous pouvez utiliser HTML les tags et attributs: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.