Stockbridge à Edimbourg

Après vous avoir parlé du quartier de Leith à Edimbourg, il était temps d’explorer une autre partie de la ville qui est très intéressante aussi : Stockbridge , qui se trouve au nord du centre ville. Il est tout aussi séduisant, mais bien plus « bobo », j’y ai vu de charmantes maisons où j’aimerais bien m’installer d’ailleurs ! Il y règne une atmosphère détendue qui vous plaira sûrement …. cependant il n’est pas très facile d’accès, aussi je vous conseille de prendre un VTC pour vous y rendre rapidement et sans prise de tête (il est difficile de s’y garer alors oubliez la voiture).

Vous savez que je n’aime pas tellement faire du shopping en voyage, ce n’est pas ce qui me motive, mais dans ce quartier de Stockbridge, on trouve énormément de magasins indépendants, et il est difficile de ne pas ouvrir le porte-monnaie. Les amateurs de ce type de boutique pourront se retrouver autour de Raeburn Place, où quelques rues (St Stephen’s street par exemple) regorgent de friperies et « charity shops« , mais aussi de librairies ou disquaires. En y réfléchissant je crois n’y avoir vu aucune enseigne mondiale type H&M, Zara … et cela fait un bien fou !

librairie stockbridge edimbourg

Rapporter un kilt au boyfriend, pourquoi pas ? Ici on en trouve d’occasion, avec les souliers noirs qui vont bien !

kilt stockbridge edimbourg ecosse

lamp store edinburgh stockbridge

La porte d’entrée du Stockbridge old market est encore là avec ses colonnes doriques … comme l’indique la deuxième ligne sur le fronton, on y trouvait de la viande, de la volaille, du poisson mais aussi des fruits. Ouvert entre 1823 et 1906, c’est hélas tout ce qu’il en reste, sur St Stephen’s place ; apparemment il n’avait pas beaucoup de succès, ce qui explique sa fermeture. Je vous invite néanmoins à vous engager sous l’arche, le passage arboré longe quelques jolies propriétés.

edimbourg stockbridge old market

Depuis Hamilton place, on a une belle vue sur cette Tower clock, en arrivant depuis Kerr street. L’immeuble abritait auparavant une banque (Edinburgh’s Savings Bank) … et c’est maintenant un Pizza Express. En traversant le fameux pont qui donne son nom au quartier (Stock bridge), appréciez la vue sur la Water of Leith.

edimbourg ecosse

Quelques jolies maisons aux jardins soignés et aux portes colorées (ici un vert tendre) se laissent apprécier aux yeux admiratifs, car leur haie de clôture n’est pas bien haute …

stockbridge edimbourg maison

Tout comme à Dundee, j’ai ajouté à mon programme une visite du Royal Botanic Garden, ou devrais-je plutôt dire « parc botanique », tant le site est immense ! En effet, sur 28 hectares, ce centre de conservation et d’étude de la nature offre aux visiteurs un visage différent selon les saisons. S’il a été créé en 1670 et installé à Holyrood précédemment, ce n’est que depuis 1820 qu’il a été transféré ici.

edimbourg ecosse jardin botanique

Parmi les endroits à explorer absolument, je vous conseillerais les différents jardins : le jardin chinois, le jardin commémoratif de la Reine Mère, le jardin arboré ou le jardin de la Roche. En tout ce sont 100 000 plantes qui sont visibles, et la collection de rhododendrons est impressionnante, à ne pas louper si vous venez au printemps comme moi !

edimbourg jardin botanique ecosse

Les serres tropicales victoriennes, même si elles sont à admission payante, valent le coup d’oeil …. il y en a plusieurs, où sont groupées les plantes de climat modéré, aride, tropical, où vous verrez des orchidées … certaines serres sont elles plus récentes. En tous cas cela vous réchauffera un peu si vous venez en hiver !

jardin botanique edimbourg stockbridge

edimbourg jardin botanique

Jardin botanique royal – 20 Inverleith row – entrée gratuite (serres tropicales £7) (horaires variant selon les saisons, vérifier sur le site avant de vous déplacer)
Site Web : https://www.rbge.org.uk/visit/royal-botanic-garden-edinburgh/

Sympathique et enjoué, le marché hebdomadaire de Stockbridge est un endroit où on aime flâner avec des objets artisanaux, fruits, légumes locaux, fromages, miels et gâteaux. On peut emporter aussi des petits plats achetés auprès de food trucks installés sur cette place.

stockbridge marché food ecosse

marché édimbourg stockbridge

Stockbridge market – Tous les dimanches de 10 h à 17 h

La promenade le long de la rivière Leith, « Water of Leith Walkway » est très agréable … en effet de nombreux chemins piétonniers permettent de suivre le cours d’eau, quelle que soit votre direction. Quelle bonne idée d’avoir créé ces passages bucoliques ! En général on est en contrebas de la circulation, ce n’est que mieux.

edimbourg water of leith promenade

J’ai trouvé très intéressante l’histoire des « Colonies« , ces petites maisons qui datent de la deuxième moitié du XIXème siècle, et furent construites pour faire face au problème du logement des nombreux ouvriers qui arrivaient à Edimbourg dans le cadre de l’industrialisation et donc de la croissance de la population ouvrière. Pour vous en donner une idée, celle-ci est passée de 103 143 en 1811 à 222 059 en 1881. Dans le quartier de Old Town, les conditions de logement étaient assez insalubres, avec une densité d’occupation qui pouvait rendre pire la propagation de maladies comme le choléra à l’époque.

stockbridge colonies maisons ouvriers

C’est dans ce contexte que les révérends James Begg et Thomas Chalmers ont suggéré que les ouvriers construisent eux-mêmes leurs maisons en périphérie de la ville, utilisant leurs compétences réunies, s’affranchissant d’un propriétaire exigeant un loyer élevé, pour un logement de mauvaise qualité. A l’initiative d’un ministre local, l’association « Edinburgh Lodging House » fut créée en 1841 et la « Edinburgh Co-operative Building Company » (ECBC) en 1861.

On peut penser que le terme « Colony » a été utilisé car ces constructions se trouvaient en dehors de la ville, ou que le symbole de la Co-operative Building Company étant une ruche, les ouvriers furent un peu considérés comme des abeilles, travaillant pour le bien commun, comme ces insectes.

stockbridge maisons colonies ecosse

edimbourg the colonies chat maison

Il en existe dans d’autres parties de la ville : à Rosebank, à Abbeyhill, … les noms des petites rues ou allées (« terraces ») Reid Terrace, Kemp, Avondale, Teviotdale, Balmoral et Dunrobin Places reprennent les noms des membres ou dirigeants de la ECBC, l’entreprise de construction mentionnée plus haut.

Celles de Stockbridge furent les premières à voir le jour et sont visibles entre Leith Walk et Glenogle Road, un terrain qui était bon marché. Elles coûtaient entre £100 et £130 et on pouvait souscrire un prêt pour les acquérir, environ 13 livres par an pendant 14 ans. Si à l’origine la somme de 5 livres était nécessaire pour en réserver une, il vous faudra de nos jours débourser en moyenne 250 000 livres pour habiter une de ces maisons à deux chambres ! Il faut dire que Stockbridge est un quartier assez bobo maintenant !

Je vous invite à lever la tête pour voir, gravés dans la pierre, en haut des pignons de plusieurs maisons, les outils des différents corps de métier qui sont intervenus pour leur construction : tailleur de pierre, décorateur, plâtrier, menuisier, forgeron, charretier, plombier, couvreur … j’adore quand les immeubles racontent des histoires, de la sorte.

edimbourg the colonies ecosse

A l’intérieur, les appartements du rez-de-chaussée avaient une chambre, ceux au premier ou au deuxième avaient deux chambres (un escalier extérieur permet d’accéder à ces appartements, ce qui permettait d’économiser de la place). Une cuisine avec de l’espace pour stocker le charbon, une cuisinière qui permettait de préparer les repas mais aussi de chauffer l’eau, un évier et une baignoire, un éclairage au gaz, cheminées dans la plupart des pièces, et même des toilettes à l’intérieur. Il y avait un réservoir à eau sur le toit. Cerise sur le gâteau, les propriétaires avaient aussi un petit jardin. Tous ces équipements étaient un sacré pas en avant !

Dans la décennie qui a suivi, il y avait environ 2000 personnes qui y vivaient, il faut dire que les familles étaient très nombreuses à l’époque, les parents ayant quatre enfants voire plus (jusqu’à huit). Les ouvriers se retrouvaient régulièrement pour des fêtes en commun, tradition que perpétuent les nouveaux propriétaires actuels, il y a même une chorale.

On continue vers Circus Lane ….

Cette petite rue pavée fait la joie des photographes et autres instagrameurs. Les petites maisons alignées sont toutes fleuries et ravissantes, et vous verrez l’église St Stephens depuis celle-ci (église qui n’est plus un lieu de culte, mais un endroit qui accueille des manifestations culturelles et artistiques). J’ai eu de la chance, lors de mon passage il n’y avait pas trop de blogueuses ou instagrameuses en train de se faire shooter par leur boyfriend. Cette allée arrondie était utilisée pour faire attendre les carrosses et chevaux (la plupart des garages que vous pouvez y voir étaient en fait précédemment des étables).

edimbourg circus lane

On peut associer à Stockbridge le charmant Dean Village, qui était un ancien village de meuniers. C’est très dépaysant avec de nombreuses maisons massives en pierre, on a l’impression d’être projeté quelques siècles en arrière !

dean village edimbourg ecosse

Au détour d’un méandre, vous apercevrez au numéro 11 de Bells Brae, ou plutôt sa porte condamnée. Cette maison construite au XVIIème pour un riche marchand revêt des inscriptions dans la pierre « God bless the baxters of Edinburgh who built this house 1675« . « Baxters » signifiait à l’époque « bakers » (ou boulangers), et les symboles se rapportent à cette corporation, qui possédait et contrôlait la majeure partie de Dean Village. Se trouvant près d’un pont, c’était ici que se trouvait l’ancien « péage » pour le grain. L’immeuble fut converti en appartements dans les années 1970, mais je suis contente que son caractère ait été conservé, et surtout cette jolie porte chargée d’histoire.

bells brae dean village edimbourg

Autre signe aperçu, gravé dans la pierre, qui rappelle la corporation des « baxters » : il s’agit de deux pelles croisées, ces pelles qu’on utilise pour mettre le pain dans le four. Vous pourrez peut-être voir aussi des têtes de chérubins, des gerbes de blé, des balances par deux ou même des gâteaux, symboles fréquemment utilisés par celle-ci.

edimbourg dean village

Au cours de votre petite marche le long de la rivière, vous verrez sans doute une drôle de coupole soutenue par plusieurs colonnes : il s’agit du puits de Saint-Bernard (Saint Bernard’s well). De style architectural gréco-romain, il a été érigé au XVIIIème siècle au-dessus d’une source affleurante qui avait soi-disant des vertus guérissantes, apaisant l’arthrose, les douleurs musculaires ou même permettait de recouvrer la vue … Il fut restauré en 2012 car il avait été laissé à l’abandon de nombreuses années, fermé après la deuxième guerre mondiale.

st bernards puits dean village edimbourg ecosse

La rotonde est la plupart du temps close mais malgré cela on peut admirer la très belle statue au centre ; logiquement, elle représente Hygie, la déesse grecque et romaine de la santé.Elle nous rappelle que pendant près de deux siècles, les locaux venaient ici « prendre les eaux ».

Il est dommage que la base soit fermée, car ce petit espace est fort bien décoré, avec des motifs d’inspiration grecque, un sol en mosaïques. C’est là qu’il y a le levier pour la pompe manuelle et une vasque pour recueillir l’eau de source. Alors surveillez bien, des ouvertures se font parfois pour des évènements ponctuels comme les Doors Open Days, (qui ont lieu parfois fin septembre) l’équivalent de nos JEP en France ; une ouverture se fait aussi chaque premier dimanche du mois grâce à l’association Dean Village.

riviere leith statue hygeia ecosse

Où boire un cocktail ?

C’est chez The Voyage of Buck que j’ai retrouvé Sophie, française installée à Edimbourg depuis de nombreuses années. Auteur du blog OohmyWorld, elle a lancé désormais son agence de voyages sur mesure en Ecosse Glenvoil .Ce très beau pub sert également quelques plats chauds et nous nous sommes régalés après avoir siroté nos verres tout en bavardant.

voyage of buck edimbourg

Imperial cocktail  (gin Bombay Sapphire, citron, blanc d’oeuf, tapache, fenouil et thé au poivre noir) pour Sophie et Capital75 (gin Hendricks, sirop de sureau, concombre, citron vert, prosecco) pour moi , très bien dosés et réussis !

edimbourg cocktails voyage of buck

Revoir les assiettes me fait saliver, tous les ingrédients sont très frais et l’ensemble est bien cuisiné …. merci à Sophie de m’avoir fait découvrir cette excellente adresse !

edimbourg voyage of buck food

The Voyage of Buck – 29-31 William Street

Côté restaurant j’avais aussi testé il y a quelques années le Raeburn (un pub qui a quelques chambres aussi) vous pouvez le retrouver dans mon article Où manger à Edimbourg ?

Envie de conserver cet article pour une lecture ultérieure ? Epinglez-le sur Pinterest !

edimbourg stockbridge

Ce voyage en Ecosse est le fruit d’une collaboration avec Visit Britain France. Les choix éditoriaux des articles qui font suite à ce voyage me reviennent librement.

6 commentaires

  1. 1
  2. 2
  3. 3
  4. 5

Répondre à Catherine Annuler la réponse.

Votre adresse email ne sera pas visible. Les champs obligatoires sont marqués *

Vous pouvez utiliser HTML les tags et attributs: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.