Copenhague – Nyhavn et le quartier royal

Après un très bon petit-déjeuner, nous avons quitté notre bel hôtel Manon Les Suites et pris un bus jusqu’à la place de l’hôtel de ville. Il était temps d’explorer un autre quartier de Copenhague , après avoir vu Nørreport, le quartier latin et Indreby, nous avons choisi de voir le décor carte postale de Nyhavn ainsi que le Quartier Royal.

Mais avant de prendre notre correspondance et de nous engouffrer dans la bouche de métro, nous avons pris quelques minutes pour prendre des photos et admirer l’architecture des bâtiments sur la place de l’Hôtel de Ville, Rådhuspladsen .

copenhague radhus platsen

Voici l’hôtel de ville, où siègent le maire et les différents services municipaux ; il a été construit entre 1892 et 1905, suite au démantèlement des remparts de Copenhague, et dessiné par l’architecte Martin Nyrop dans un style romantique national qui rappelle un peu les constructions toscanes à Sienne. Si le but initial de la construction de la place était la présentation d’expositions universelles, il paraît que la mairie a été le cadre récemment de tournages de séries télé danoises, comme « The killing » ou « Borgen ». C’est l’un des bâtiments les plus hauts de Copenhague, le sommet de la tour culminant à 105,6 mètres ; on peut entrer librement à l’intérieur de l’édifice, mais pour la tour il faut être accompagné d’un guide. (visite guidée : 60 DKK / montée à la tour seule : 40 DKK)

copenhague hotel de ville

Sur cette place également, le grand immeuble qui sert de siège aux éditions JP/Politikens, un groupe de presse danois. Il y a également une statue de Hans-Christian Andersen, auteur de contes célèbre, dont je vous avais déjà parlé dans mon article sur sa ville natale, Odense . Si vous n’avez pas l’occasion de vous rendre à Odense, alors vous pourrez visiter le musée qui lui est consacré et qui se trouve aussi sur Rådhuspladsen.

Nous arrivons enfin sur Kongens Nytorv , (ou nouvelle place du Roi) de nombreux pigeons picorent autour d’un ancien kiosque téléphonique, je vous en avais déjà montré un dans mon précédent article sur Nørreport, où je vous expliquais leur histoire. Il en reste onze en ville, sur la trentaine qui était en fonctionnement au début des années 1900. Si vous vous approchez de près de celle-ci, et observez les décorations dorées sous le toit en cuivre, vous remarquerez que l’une d’elles représente un avion, un hommage au premier vol au dessus de Copenhague en 1910.

On peut accéder à Kongens Nytorv avec les lignes 1 et 2 du métro, et depuis peu avec aussi la nouvelle ligne 3.

copenhague kongens nytorv

Tout autour de cette place, des bâtiments élégants se succèdent, comme l’hôtel d’Angleterre , un hôtel de luxe construit en 1755, qui a été entièrement rénové en 2013. Par ailleurs, on peut aussi y trouver le Théâtre Royal, le palais de Charlottenborg, l’ambassade de France (dans le palais Thott) et les grands magasins « Magasin du Nord ».

copenhague hotel angleterre

De plus, on y admirera une statue équestre du roi Christian V, qui est à l’origine de la construction de cette jolie place ; Abraham César Lamoureux l’a représenté ici en costume d’imperator.

copenhague statue place nyhavn

A l’extrémité du canal, on peut voir ce mémorial, en forme d’ancre, installé en l’honneur des 1700 officiers et marins danois qui ont péri en service, que ce soit dans marine marchande ou les forces alliées, pendant la seconde guerre mondiale. Si l’ancre provient d’un navire de 1872, elle a été inaugurée en 1952.

copenhague nyhavn ancre danemark

A deux pas de Kongens Nytorv, se trouve Nyhavn , qui signifie « Nouveau port ». C’est vraiment LA carte postale de Copenhague, et heureusement pour nous la foule était modérée, rendant la promenade très agréable en cette matinée ensoleillée.

copenhague nyhavn

Bien sûr il n’en a pas toujours été ainsi ; Nyhavn était un port commercial très actif , on y déchargeait de leur marchandise les bateaux cargo qui venaient du monde entier, jusqu’à la place voisine, ou encore les prises de pêcheurs. Le canal avait été creusé par des prisonniers de guerre suédois entre 1670 et 1673 (sous le règne de Christian V). L’ambiance était fort différente vous vous en doutez : marins, filles de joie, pubs où la bière coulait à flots …

J’attire votre attention sur une des maisons, au numéro 51, assez étroite, avec une façade de couleur ocre, qu’on appelle « Lammet » (le mouton). Au dessus de la porte d’entrée, à gauche, un encart en pierre avec un mouton doré, avec une inscription ; elle a été construite pour le marchand de bière Henrich Lambertsen Engelin en 1766. Celle-ci est classée aux monuments historiques (Danish Heritage Agency) depuis 1918. Mais pourquoi un mouton ? Pas de raison particulière, il faut juste savoir qu’à cette époque la numérotation des maisons ne se faisait pas encore et on les identifiait grâce à un personnage ou un animal. Les initiales inscrites sont celles de Henrich Lambertsen Engel et de sa femme Karen Nielsdatter Holm. C’est maintenant la Pizzeria « La Sirene » qui occupe les lieux, tout au moins au rez-de-chaussée et au premier étage.

copenhague nyhavn mouton or

Quelques maisons arborent leur année de construction, amusez-vous à les trouver !

copenhague nyhavn

copenhague nyhavn girouette

Un petit conseil de photographe, pour avoir une belle lumière sur les façades colorées qui longent le quai, venez le matin ! Pour les meilleures photographies il vaut mieux être de l’autre côté du canal, quitte à traverser ensuite le petit pont et faire le chemin en sens inverse le long des cafés, qui ont toujours un plaid par temps froid pour vous couvrir un peu. On a une belle vue sur les quais depuis Nyhavnbroen (le pont de Nyhavn), où on peut faire un selfie sympa ou accrocher un cadenas si ça vous tente.

Hans Christian Andersen devait bien aimer cet endroit, puisqu’il a vécu dans trois maisons différentes sur le quai : aux numéros 20, 67 et 18. Elles sont construites de briques, de bois et de plâtre, et la plus ancienne, au numéro 9, date de 1660 !

copenhague nyhavn

Des gaufres façon sucettes, et des churros aussi … il n’y a plus qu’à choisir son topping dans cette boutique qui se situe en face de la grosse maison jaune de Nyhavn 17.

copenhague gaufres nyhavn

Au bout du quai, au numéro 71, un énorme entrepôt en briques (qui m’a fait penser à ceux que j’ai pu voir dans Red Hook à Brooklyn, New York) a été transformé en hôtel.

A gauche, à l’angle de Havnegade et du quai sud de Nyhavn, le bel édifice blanc abrite la Navigatørnes Hus ou Maison de la navigation,  A droite, un marchand d’antiquités marines, où on pénètre par cette jolie porte décorée en bois.

copenhague nyhavn

On continue à marcher jusqu’à la salle de spectacles « The Playhouse »  d’allure très moderne … on aime flâner sur la promenade en bois et sa grande terrasse …

copenhague playhouse danemark

qui offre une belle vue sur l’immense Opéra Royal Danois (des bateaux font la liaison entre Nyhavn et l’opéra). Je serais bien allée le visiter, l’intérieur doit être canon …

opera royal copenhague

En fin de matinée, nous rejoignons le château Christiansborg , très différent du château Rosenborg vu précédemment, et qui est entouré d’un canal … c’est pourquoi on appelle ce carré de terre Slotsholmen (« l’île du château »). Ce palais est le siège du parlement danois, du ministère d’Etat et de la cour suprême, et la famille royale en occupe même certaines parties.

L’histoire de ce château est pleine de rebondissements, mais elle démarre assez tôt puisque on a pu identifier l’existence d’une forteresse dès 1170, le fort Absalon, incendié et détruit par la Hanse (une coalition regroupant plusieurs villes marchandes de l’Europe du Nord) en 1369.

Sur la photo ci-dessous, on peut voir au premier plan le terrain extérieur d’équitation, et quelques chevaux qui attendent le dressage.

chateau christianborg copenhague danemark

Au centre de la cour se trouve une statue en bronze représentant le roi Christian IX, à cheval. Rien d’extraordinaire sauf que c’est la première statue d’un monarque réalisée par une femme, Anne Marie Carl-Nielsen.

copenhague christianborg statue roi

Pas de chance hélas pour nous, les salles de réception royales étaient fermées au public pendant quelques jours lors de notre passage ; c’est vraiment dommage car cela va m’obliger à revenir (ho l’excuse !) … La reine du Danemark les utilise encore pour les grandes occasions, lorsqu’elle reçoit la visite d’autres chefs d’Etat par exemple. Nous avons cependant pu voir d’autres parties rattachées au palace.

Commençons par une ascension jusqu’au sommet de la tour pour admirer la vue sur Copenhague … elle fait partie de la troisième version du château, celle construite entre 1907 et 1928.

Mais à mi-chemin, nous avons été les seuls à nous arrêter pour voir ces moulages de colosses (vous les verrez aussi dans le Grand Hall, où ils soutiennent les piliers) et la maquette poussiéreuse du château … cela n’intéressait visiblement personne d’autre, quel dommage ! On peut y apprendre davantage sur la façon de travailler des architectes à cette époque (il y a une maquette du château, qui permet d’observer en détail les décorations de la tour, et d’autres pour l’intérieur, la distribution des pièces).

Pendant un siècle, il y avait en effet une pièce secrète dans cette tour, un genre de grenier, où les modèles de plâtre étaient stockés, et seuls les officiers parlementaires s’y rendaient, quand ils devaient installer des drapeaux au sommet. Les plus impressionnants sont sans doute ces six figures atlantes qui font office de colonnes dans la pièce des gardes, qui mène aux salles de réception de la Reine.

tour chateau rosenborg statues

Ci-dessous, à gauche, la maquette du château, et à droite, la justice et la paix (PAX), du sculpteur Sigfred Wagner. Celui-ci a travaillé dans l’équipe déco pendant sept ans, faisant des suggestions de décor … mais ces deux projets ainsi que ses autres propositions ont été jugés trop modernes pour le comité responsable de la construction, et Wagner fut remercié !

copenhague statues tour chateau rosenborg

La vue depuis le sommet de la tour est vraiment intéressante : au premier plan, le Børsen , la bourse de Copenhague. Je dois dire que c’est l’un de mes toits préférés de Slotsholmen, où les queues de quatre dragons s’entortillent, formant une spirale-clocher haute de 56 mètres.

copenhague rosenborg chateau vue

On a bien profité de ce magnifique panorama à 360° sur Copenhague … hélas le temps s’était un peu couvert … il y a un peu d’attente pour accéder à la tour (c’est gratuit), car le sommet ne peut accueillir que peu de personnes à la fois. Ci-dessous, on peut voir l’ancienne église Saint-Nicolas (Nikolaj) qui a été convertie en musée d’art (Nikolaj Kunsthal) … encore une idée de visite pour un prochain voyage à Copenhague !

copenhague eglise vue ville<

J’ai pu prendre une photo très rapide de la salle du restaurant gastronomique « The Tower », où on peut voir des statues similaires à celles vues, mais aussi des liens, une statue équestre (ci-dessous, la laitière et le garde-forestier). Celui-ci a une capacité de 100 couverts, et on peut y jouir d’une vue exceptionnelle sur la cour du palace, les terrains d’équitation et les toits de Copenhague. A noter pour une prochaine visite, pour y déjeuner ou dîner !

copenhague chateau christianborg

Ensuite, direction les cuisines royales, très impressionnantes …. elles ont été construites à l’occasion de la troisième version du château, terminée en 1928. La cuisine était sollicitée pour préparer des plats pour quelques centaines d’invités quand la famille royale tenait des dîners de gala officiels dans le Great Hall à l’étage supérieur. Je vous avoue que nous avons eu du mal à trouver l’entrée des cuisines royales, la signalétique n’est pas vraiment au top …

chateau christianborg cuisines royales

copenhague rosenborg chateau cuisine royale

On la découvre donc telle qu’elle était du temps du règne de Christian X , je dois avouer que je n’ai jamais vu autant d’ustensiles ou de casseroles en cuivre … c’est la collection la plus importante d’Europe ! On peut y voir préparer un menu de mai 1937 (pour le jubilé d’argent du roi), et explorer la salle pour le personnel, la salle pour la préparation des pâtisseries, et la « Flower Room » où les fleurs fraîches étaient conservés et les bouquets arrangés pour orner les pièces du palace, cette dernière pièce étant toujours utilisée de nos jours.

Continuons notre exploration avec les écuries, où on peut toujours voir des chevaux, ainsi que les différents carrosses utilisés au fil du temps ; sous le règne de Christian V à la fin du XVIIème siècle, il y avait environ 170 chevaux et 152 personnes pour s’en occuper. Il n’y en a plus aujourd’hui qu’une vingtaine, des chevaux blancs à petites taches, caractéristiques. On peut admirer une collection de carrosses, le plus ancien datant de 1778, mais la pièce maîtresse est bien sûr le « Golden State Coach« , avec ses harnais de gala, que la Reine utilise pour les grandes occasions … Cela m’a rappelé la visite des écuries royales de Londres , faite il y a quelques années.

copenhague ecuries royales

copenhague ecuries royales cheval blanc

Ce carrosse d’enfant est vraiment ravissant non ?

copenhague ecuries royales

Voici le fameux carrosse royal de 1840, doré à la feuille d’or 24 carats, et son somptueux attelage, dans lequel la reine fait un petit tour chaque année ! Il est bien moins grand et imposant que celui de la reine d’Angleterre, mais pas mal quand même …

carrosse royal reine danemark

copenhague carrosse royal

Attention : les écuries royales ne sont visibles qu’entre 13 h 30 et 16 h (tous les jours) – une visite guidée en anglais a lieu le samedi à 14 heures.

Nous n’avons pas vu la chapelle du château car elle n’est pas ouverte tout le temps, on peut la voir seulement le dimanche mais tous les jours en Juillet.

Ces différentes parties peuvent se visiter indépendamment les unes des autres, cependant l’achat d’un ticket combiné est assez intéressant (et valide un mois) : 160 DKK – Salles de réception seules (grand hall inclus) : 95 DKK – Cuisines royales / Ecuries royales / Ruines fort Absalon : 60 DKK chaque.

Nous avons ensuite rejoint le sous-sol pour voir les vestiges des fondations du fort médiéval Absalon. Ces ruines, qui datent de plus de 800 ans, sont assez impressionnantes quoiqu’un peu dans la pénombre. Il s’agissait de la forteresse originale de Slotsholmen, bâtie par l’évêque Absalon en 1167. Outre les murs d’enceinte, au même endroit, on verra les vestiges de la Blue Tower, la prison qui se trouvait au sein même du château de Copenhague. La propre fille de Christian IV Leonora Christina, y passa près de 22 ans, emprisonnée pour haute trahison (elle avait conspiré contre Frederik III, le successeur de son père).

ruines absalon copenhague

Autre vestige intéressant, qui date du premier château Christianborg : une canalisation d’eau, qui apportait l’eau depuis le lac Emdrup situé six kilomètres plus au nord, quand les puits aux alentours n’étaient pas suffisants. Il s’agit de troncs d’arbres évidés, une idée ingénieuse pour l’époque. Fait étonnant aussi, y sont exposés deux piliers en granit de la chapelle d’Absalon, très bien préservés ; ils ont été retrouvés dans un vieux puits, où ils avaient été balancés pendant la démolition du château en 1369 par la ligne hanséatique.

ruines chatau absalon copenhague

Château de Christiansborg – Prins Jørgens Gård 1

En rejoignant le quai Christians Brygge, nous sommes passés devant le musée de la guerre, sans le visiter mais voici les nombreux canons exposés à l’extérieur :

musée danois guerre copenhague

Dans l’après-midi nous avons rejoint la très belle extension moderne de la bibliothèque royale « , le Diamant noir », ouverte en 1999 …. comment ne pas être impressionné par cet atrium de 8 étages de hauteur, avec des balcons à chaque étage ? Elle doit son surnom aux dalles de granite noir qui la recouvrent, et qui changent de couleur au fil de la météo du jour. On y trouve aussi le musée national de photographie. Un travelator mène aux niveaux supérieurs, ainsi que des ascenseurs.

copenhague bibliotheque diamant noir

Ce bâtiment est contigu au bâtiment Holm d’origine, qui date de 1906. Il contraste de façon étonnante avec la partie moderne. La salle d’étude est très belle, avec ses colonnes, ses grands lustres et ses petites lampes à abat-jour vert comme les « libraries » américaines.

copenhague bibliotheque diamant noir

copenhague bibliotheque royale

Bibliothèque Kongelig (Black Diamond), Søren Kierkegaards Plads 1

On avait décidé de faire l’impasse sur la statue de la Petite Sirène, même si c’est l’emblème de la ville, il paraît qu’elle est toute petite et qu’il y a une foule compacte pour la voir … on s’est contentés avec bonheur de cette autre sirène, juste devant la bibliothèque, sur Christians Brygge, qui date de 1921. C’est Anne-Marie Carl-Nielsen qui l’a réalisée, mais le moulage original en bronze se trouve à la Danish National Gallery ; si vous avez lu plus haut mon article, vous remarquerez que c’est elle également qui est l’autrice de la sculpture du roi Christian IX devant le palace Christiansborg. Pour info la Petite Sirène, de Edvard Eriksen, est plus vieille de 9 ans.

sirene statue copenhague havfrue

Nous n’avons fait que passer devant le Tivoli park, car début octobre il n’ouvrait que le week-end suivant (les trois semaines autour d’Halloween) … sinon le parc est ouvert en gros de début avril à fin septembre.

Un des musées réputés de Copenhague est la Ny Carlsberg Glyptotek , qui est séparé en deux parties. On y trouve le plus vaste ensemble d’objets antiques d’Europe septentrionale mais aussi une collection d’oeuvres d’art danois et français du XIXème et début du XXème siècle.

Le noyau de la collection initiale a été rassemblée par le brasseur Carl Jacobsen un des magnats de l’industrie du XIXème siècle, à la tête de Carlsberg. Il a fait construire ce bâtiment impressionnant pour l’exposer au public, et l’ouverture se fit en 1897. De nos jours encore les liens sont forts entre le musée et la brasserie, avec la nouvelle fondation Carlsberg qui oeuvre dans le développement de nombreuses activités culturelles.

Voici l’auditorium du musée, ci-dessous, on peut parfois assister, en août et septembre, à des concerts. Tout autour, des statues de praticiens romains grandeur nature accueillent le visiteur …

copenhague glyptotek musee

Comme au musée SMK (Statens Museum for Kunst) dont je vous ai parlé dans mon article précédent, une partie du musée est réservée au « Danish Golden Age », où on peut voir l’évolution de la peinture danoise (paysages ou portraits) par des artistes très connus comme Eckersberg, Købke ou Lundbye. Dans le bâtiment plus récent qui date de 1996 (architecte Henning Larsen) une importante section est consacrée aux peintres impressionnistes français : Cézanne, Renoir, van Gogh, Gauguin … hélas pas facile de prendre des photos, l’éclairage n’est pas très bon ou certaines toiles sont couvertes d’une vitre ce qui entraîne des reflets.

glyptotek peinture copenhague

Nous avons beaucoup aimé la partie consacrée à l’Egypte ancienne, avec plus de 300 objets, dont des momies et des sarcophages vieux de 2000 ans, ou encore une sculpture d’hippopotame de 5000 ans.

copenhague glyptotek egypte musee

Comme je vous le racontais dans mon article sur Nørreport, j’avais été assez frustrée de ne pouvoir admirer les anciennes serres du jardin botanique pour cause de fermeture très précoce. J’ai été un peu consolée ici, car ce jardin d’hiver à l’intérieur du musée y ressemble un peu, sans l’escalier en spirale. …. Le musée a été dessiné par l’architecte Vilhelm Dahlerup, qui a ajouté celui-ci en 1906.

glyptotek jardin hiver copenhague

Carlsberg Glyptotek – Dantes Plads 7 (ouvert de 11 à 18 h – nocturne le jeudi)
(fermé le lundi)

Où manger ?

Après la visite du château Christianborg, un peu fourbus, nous avons traversé le canal sur le très joli pont ci-dessous, avant de nous offrir un bon déjeuner bien mérité sur le canal Frederiksholms. J’avais repéré cette adresse sur internet, un petit restaurant très typique et ancien, le KANAL CAFEEN où on peut se régaler de smørrebrods (de DKK 68 à DKK 129) et poissons fumés, ou de délicieuse charcuterie danoise. C’est à la bonne franquette, on nous a installés à une grande table, et je dois avouer que cette pause nous a fait le plus grand bien, avec une bonne bière … choisissez votre camp, ici, c’est Tuborg ou Carlsberg ! L’endroit est ouvert depuis 1852, et sur les murs de nombreuses photos anciennes racontent l’histoire du lieu. Il paraît que c’est l’ancien cuisinier de Christian VIII, Alphonse Cassabadan, qui a ouvert un restaurant ici le premier … et pour la petite histoire ce fut l’un des derniers pubs à n’admettre que des hommes !

La prise de commande est assez particulière et il ne faut pas s’en offusquer … on vous donne une liste avec tous les plats, … et vous cochez ce que vous voulez ! (compter 2 à 3 plats par personne). Etant fan de harengs marinés, j’en ai bien sûr demandé …

danemark copenhague

copenhague kanal cafeen

copenhague kanal cafeen restaurant

Kanal-Caféen – Frederiksholms Kanal 18 (fermé le dimanche)

Pour un snack rapide ou un café, le coffee shop de la bibliothèque, le Cafe Øieblikket est pas mal du tout :

copenhague cafe bibliotheque

Cafe Øieblikket – Søren Kierkegaards Plads 1

Dans la Glyptotek nous avons choisi de gagner du temps et de manger sur place, au café Picnic … je vous le recommande car vous serez dans le jardin d’hiver, qui est magnifique. A notre menu : saumon gravlax et un gâteau à la myrtille en dessert … tout ça avec un petit verre de vin blanc. ⇒ Attention : il faut avoir un ticket d’entrée au musée pour accéder à ce café-restaurant !

picnic cafeteria glyptotek museum copenhagen

copenhague glyptotek cafe picnic restaurant

J’espère que cet article vous a donné envie de venir à Copenhague et surtout dans ce quartier … vous pouvez épingler la photo ci-dessous pour conserver la publication sur votre compte Pinterest !

copenhague pinterest

5 commentaires

  1. 1
  2. 2
  3. 4
  4. 5

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas visible. Les champs obligatoires sont marqués *

Vous pouvez utiliser HTML les tags et attributs: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.