Street art à Rennes

Depuis le temps que j’entendais parler du street art présent à Rennes, il était temps que je fasse le déplacement en Ille-et-Vilaine pour voir cela de près ! Mais pourquoi l’art de rue tient une telle place dans la ville ?

Si de nombreux dessins sont éparpillés de façon illégale un peu partout, le Réseau Urbain d’Expression (RUE) recense la trentaine de murs autorisés, suite à une réflexion menée par la municipalité dès 2002, dont le but était de comprendre les besoins des graffeurs et de permettre de les accompagner. Elle offre désormais un cadre légal de pratique, avec ces espaces mis à disposition. Sur leur site on peut également découvrir les fiches de quelques artistes, pour mieux les connaître.

Autre initiative intéressante, le festival Teenage Kicks , une biennale d’art ubain , qui ne concerne pas que Rennes, mais aussi Saint-Malo et Nantes. La quatrième édition du festival s’est déroulée à l’automne, avec encore un réel succès et des artistes venus de la région mais aussi de l’étranger. Que de chemin parcouru par les associations Graffiteam et Plus de Couleurs, à l’origine du projet !

Destination Rennes, l’office de tourisme de la ville, propose une visite à pied pour découvrir le street art. C’est à une de ces visites que j’ai participé, avec Cécile, qui en connaît un rayon en matière d’art urbain, que ce soit le graffiti, le collage, le pochoir ou le sticker. Il suffit de réserver en ligne et se rendre au point de rendez-vous … le prix est modique et vous en prendrez plein les yeux.


Dès le début du parcours, j’ai découvert le travail de Bouchon, qui applique ses collages sur les murs de la ville … ci-dessous avec un travail soigneux de découpage pour placer le papier sur chaque brique ! Il utilise énormément les polaroïds, et s’inspire des collages du peintre breton Paul Bloas .

bouchon artist rennes superman slip

J’étais ravie de revoir une oeuvre de Touboulik (voir mon article sur Saint-Malo) , et ci-dessous à droite, un autre collage de Bouchon .

Bouchon art collage Rennes

Dans une entrée d’immeuble, mon oeil est attiré par tous ces personnages aux grands yeux, un travail sur commande réalisé par Eric Quemener de Serialcouleurs, sur les deux murs de ce passage privé, qui l’égaye nettement.

Eric Quemener serialcouleurs Rennes

WAR! est un artiste phare de la scène rennaise. Je découvre entre deux immeubles cette immense hermine, rue Victor Hugo. A l’instar de Banksy, gardant toujours son anonymat et en conséquence peignant la nuit à la lueur de la lune ou d’une lampe frontale, il peint souvent des animaux, pas mal de poissons … j’ai vu également son travail à la friche de Saint-Nicolas de Redon, dont je vous parlerai très prochainement. Il expose parfois, mais peint surtout de façon illégale, totalement assumée.

WAR artiste Rennes hermine street art

Rue Saint-Hélier, cette fleur est éclose depuis de nombreuses années, la teinte rouge est juste en peu fanée.

rennes War coquelicot fleur

Sur un panneau situé rue Vasselot je retrouve l’artiste polonaise NeSpoon découverte au Portugal, notamment à Estarreja . Ses créations rappelant la dentelle, faites à la peinture sur mur ou même parfois sur céramique, sont très délicates. Celle-ci est assez différente de ce que j’ai pu voir jusqu’ici ; elle succède à une oeuvre de Blek le Rat (dont on peut voir encore un petit rongeur sur le pied gauche). C’est un retour en Bretagne pour l’artiste, qui avait déjà réalisé une fresque de 70m² inspirée de la broderie bigoudène à Pont-l’Abbé dans le Finistère.

A l’image de Paris et son mur Oberkampf, ou Dijon plus récemment, la ville de Rennes invite des artistes à s’exprimer à tour de rôle sur ce M.U.R. (Modulable Urbain Réactif) de 4 mètres par 3.

rennes le mur rue vasselot art street

Le collectif belge Hell’o Monsters a fait un petit arrêt à Rennes à l’occasion de Teenage Kicks 2015. Ce duo artistique est composé de Jérôme Meynin et Antoine Detaille ; ils ne peignent plus guère de lettres façon graffiti sur les murs, mais préfèrent maintenant poser sur le papier leurs créatures asexuées ou animaux énigmatiques. War! avait auparavant écrit quelques mots sur le même emplacement, il y a quelques années.

hell'o monsters belgique street art rennes cinema

En 2010, Blu avait fait étape à Rennes pour réaliser une fresque sur la façade nord du Théâtre National de Bretagne, visible depuis le parking de France 3 Bretagne. Celle-ci avait été peinte à l’occasion du festival Mettre en scène. La peinture avait alors servi de point de départ à la pièce « Marx, un racconto d’inverno », mise en scène par Silvano Voltolina. J’espère qu’il n’effacera pas ce robot aux multiples détails, comme il l’a fait à Berlin ou en Italie pour quelques unes de ses oeuvres menacées par des projets immobiliers.

rennes blu artiste italien street art

J’ai adoré cette fresque au médaillons inspirés par l’Art Nouveau, faite sur commande par Mathias Brez , artiste actif à Rennes (et co-fondateur de Teenage Kicks) mais natif du Morbihan, avec un style qui n’est pas celui de ses oeuvres habituelles. La ville a même acheté une de ses oeuvres par l’intermédiaire du Fonds municipal d’art contemporain, une belle reconnaissance. A voir aussi sur son instagram brez72 .

mathias brez art rennes

J’ai tout de suite reconnu le style particulier du néerlandais Daan Botlek , découvert à Rotterdam récemment avec son « make it happen« . Ses personnages blancs cernés de noir sont caractéristiques ; cette oeuvre est plutôt surréaliste et pour moi évoque l’équilibre. Elle a été réalisée sur les murs de l’école primaire du Colombier, rue du Docteur Francis Joly, à l’occasion du festival Teenage Kicks de 2017.

Dann Botlek street art Rennes Colombiers

Autre fresque réalisée lors de Teenage Kicks, mais en cette année 2019, celle de la britannique Helen Bur « Hold your own ». Encore un vrai plaisir de revoir les peintures de l’artiste, dont j’avais vu les murs jumeaux à Aberdeen au printemps pour Nuart. L’une des femmes portait d’ailleurs déjà dans ses mains un cercle similaire, peut-être une évocation de la maternité par l’artiste.

helen bur street art rennes teenage kicks

Cécile et moi avons pris l’ascenseur pour rejoindre le sixième et dernier étage de la bibliothèque pour voir la fresque d’Ali ,(Arthur Louis Ignoré) un artiste qui vit et travaille à Rennes, que je ne connaissais pas. Son domaine c’est l’ornement : fresques murales et au sol, pratique au pinceau : motifs, dessins …

Cet immense mandala « All on one roof » a été posé sur le toit du bâtiment en contrebas (la CPAM et la CAF) lors du festival Maintenant en octobre 2015. Ses interventions s’intègrent dans le paysage urbain qui l’entoure, souvent en noir ou blanc, et d’inspiration végétale. On salue la performance, car le tableau est tout de même très grand : 1100 m²

Rennes street art Ali mandala

On rejoint ensuite le boulevard du Colombier le long de la voie ferrée, et son « Wall of fame » qui est recouvert chaque année d’oeuvres différentes pendant le festival Teenage Kicks, et où est faite la part belle au lettrage la plupart du temps. Cette frise de 900 mètres de long permet à une trentaine d’artistes très variés de s’exprimer, et au public de les rencontrer et échanger avec eux pendant qu’ils peignent.

wall of fame rennes teenage kicks

Lélé et LTG ont peint ensemble ce mur un peu terrifiant mêlant singes et crânes …

walk of fame Rennes lélé ltg

En face, le parking allée Ferdinand, est le terrain de jeux des graffeurs. Lélé et Tarek se sont associés pour peindre ce bloc de béton, sur fond bleu.

Tarek avait peint plusieurs fresques lors du Festival Urban Art Jungle édition numéro 5, c’était un plaisir de revoir son travail dans ce « un gorille peut en cacher un autre » …

tarek lélé parking street art rennes

J’y ai remarqué également deux très jolis dessins réalisés au pochoir par Soul Jah Dom .

soul jah dom pochoir art rennes

Nous avons ensuite pris le métro (oui, oui, il y a un métro à Rennes !) pour rejoindre le quartier Villejean, où se trouvent quelques fresques.

Tout d’abord, j’ai pu revoir avec plaisir le travail du portugais Hazul, (souvenez-vous il avait fait partie des artistes impliqués dans le village street art Azureva à Hauteville-sur-Mer, ainsi qu’au festival Peinture Fraîche à Lyon.

hazul street art rennes campus

Presque en face, un très beau Seth Globepainter (Julien Malland) représentant une Mama à la peau bleue, le visage dans une tenture façon arc-en-ciel. (à voir avenue de la bataille Flandres-Dunkerque)

… Mais je n’étais pas au bout de mes surprises, en rejoignant le campus j’ai trouvé sur le bâtiment L un C215 représentant Toni Morrison peint au spray sur béton à l’occasion du festival Maintenant et avec le concours de l’association Clair Obscur. C’est une fresque récente, peinte en octobre lors d’une journée d’étude sur le street art organisée par l’université Rennes 2. Comme vous le savez, Christian Guémy aime représenter des personnages illustres qu’il immortalise au pochoir sur de multiples supports, murs, portes ou boîtes aux lettres ; Toni Morrison est une grande romancière américaine décédée à 88 ans cette année et première femme afro-américaine à avoir reçu un prix Nobel (de littérature). A cette occasion, une autre fresque a été réalisée, par les artistes Marco Pardo et Santiago Morilla … mais elle est plus difficile à regarder, se trouvant sur le toit du bâtiment M.

A gauche de l’entrée de la bibliothèque unversitaire, c’est Mya, qui fait partie du collectif « La Crèmerie », qui a peint ce robot qui s’effrite en plusieurs morceaux. C’était à l’occasion d’un parcours artistique urbain organisé par la ville de Rennes en 2016.

 

villejean rennes universite street art

C215 universite rennes campus

Comme vous le constatez en lisant mon article, la scène street art de Rennes est très dynamique, et les murs changent assez régulièrement ! Cela vaut le déplacement, c’est évident.

Avant de conclure, je souhaite partager avec vous mes photos de plusieurs fresques magnifiques d’ Aero (présent au Zoo Art Show 2 à Lyon cette année). Je suis fan de ses dessins hyper-réalistes, en noir&blanc ou en couleur. Je les ai découverts par hasard lors de mon retour de l’aéroport de Rennes en navette autobus. Elles se trouvent boulevard Jules Verne dans une très grande entrée de plusieurs immeubles.

aero street art rennes

Où manger ?

Lors de cette courte escapade j’ai pu tester deux adresses très différentes, comme vous allez le voir.

Première étape, pour le déjeuner, le bistrot Origines, dans l’ancien Hôtel Dieu investi par un important centre d’escalade en salle, The Roof, un espace urbain de loisirs. Origines c’est aussi une micro-brasserie, et on peut y bruncher le samedi et le dimanche … La cour doit être très agréable en été ! J’ai opté pour un délicieux boeuf bourguignon aux pâtes fraîches maison puis une tarte au citron … un sans faute pour l’un comme pour l’autre.

rennes hotel dieu bistrot origines

rennes hotel dieu bistrot origines restaurant

boeuf bourguignon origines hotel dieu rennes

Bistrot Origines dans The Roof – 2 rue de l’Hôtel Dieu

Plus chic mais pas guindé, j’ai apprécié au dîner le restaurant Chez Pierre, ouvert par Pierre Éon, qui fut candidat à l’émission Top Chef (mouture 2016) et Rennais d’origine.

A seulement 29 ans, ce chef peut se targuer déjà d’une belle expérience chez M&H Sibuet à Saint-Tropez.

restaurant pierre cuisine copains rennes

rennes restaurant chez pierre

Cette fois-ci j’ai choisi de la lotte à l’ail noir, citron confit et chorizo ibérique (plat à droite ci-dessous). A gauche c’est le fameux « tigre qui pleure », un plat thaï à base de viande de boeuf (faux-filet la plupart du temps) marinée et pimentée (mais ici on peut avoir une version assez soft côté piment !).

restaurant chez pierre rennes

Chez Pierre « restaurant de copains » – 33 rue Nantaise – Tél. 02 99 65 51 30

Où dormir ?

A l’occasion de cette visite, j’ai eu la chance de dormir dans une ancienne caserne qui fut aussi un cinéma d’art et d’essai, une adresse dont j’avais entendu parler en bien pour leur superbe brunch : le Magic Hall. J’ai dormi dans une des chambres « danse » au 2ème étage, mais il existe de nombreuses ambiances différentes, à vous de choisir … Au nombre de 19, elles sont toutes décorées d’un goût très sûr et original à la fois, loin des atmosphères standardisées ; il y a même un studio de répétition pour les musiciens ! Choisissez la thématique entre cinéma, théâtre, musique ou danse ; deux chambres sont en duplex. Les gourmands se régaleront au petit-déjeuner, qui est pris à une grande table, tous ensemble, avec madeleines, kouign amann, far breton, cakes divers et variés, chocolat chaud … Elise est aux petits soins pour les invités.

hotel le magic hall rennes

le magic hall rennes hotel

Le Magic Hall – 17 rue de la Quintaine

Un grand merci à Yolaine de l’Agence de développement touristique d’Ille-et-Vilaine, Cécile, Emmanuel et toute l’équipe de Tourisme Rennes, spécial coucou à Marie-Julie aussi.

TOURISME RENNES
Site Web : https://www.tourisme-rennes.com/fr

4 commentaires

  1. 1
  2. 2
  3. 3

Répondre à Etienne Annuler la réponse.

Votre adresse email ne sera pas visible. Les champs obligatoires sont marqués *

Vous pouvez utiliser HTML les tags et attributs: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.