Citadelle de Besançon – jour 2

Après vous avoir conté mes aventures bisontines dans un premier article Citadelle de Besançon – jour 1 , me voici de retour avec le programme d’une deuxième journée non moins excitante, vous allez le voir par vous-même. Après une bonne séance de sport, c’est un Besançon intellectuel et artistique que nous avons découvert.

Un trail sur une des sept collines de Besançon

Avant que la chaleur devienne insupportable, Antoine vient à notre rencontre à l’hôtel Sauvage pour un trail plutôt physique (ou une promenade plus cool en marchant pour celles qui préféraient). On rejoint vite à petites foulées les bords du Doubs, et passons sur la passerelle près de l’écluse de Tarragnoz. Nous nous retrouvons ensuite sur le chemin emprunté à vélo la veille, puis nous grimpons sur notre gauche les marches d’un escalier métallique, qui permet d’accéder au bois. Là, le chemin serpente, assez abrupt et parfois avec quelques marches … nous sommes sur la colline Chaudanne. Au sommet, le Fort du même nom et surtout une esplanade depuis laquelle on a une très belle vue sur la ville.

Il existe différents itinéraires de trail, numérotés et avec des couleurs distinctes. Attention aux genoux dans la descente vers la ville, au retour, il vaut mieux marcher pour ne pas glisser sur des cailloux. (et pssst ? vous me suivez sur Strava ?)

trail foret montagnes du jura

Montagnes du Jura
Site Web : https://www.montagnes-du-jura.fr

Rien de tel ensuite qu’un petit ravitaillement après la douche, une belle sélection de Lulu Muc et le Lapin de différents produits régionaux : barre énergétique La bonne barre, du comté, de la saucisse fumée, de l’eau pétillante, de la limonade et des amandes salées aux herbes aromatiques … rassurez-vous, j’en ai gardé pour plus tard !

produits besancon limonade saucisse

Partir à la chasse des oeuvres du festival Bien Urbain

C’est avec Chloé Cura , chargée de communication et relations presse de l’association Juste Ici que nous nous sommes dégourdi les jambes et avons eu un aperçu des nombreuses œuvres éparpillées dans Besançon depuis déjà dix ans … En effet, depuis le début du festival Bien Urbain, 349 ont été créées (par 146 artistes), plus ou moins pérennes puisque il n’en reste « que » 123 ! On rejoint vite le quartier Battant pour en voir plusieurs …

bien urbain besancon street art

street art besancon bien urbain

… puis nous terminons sur le Quai Veïl Picard par celle de Brad Downey « Depressed » (photo ci-dessous) qui a joué avec le panneau « PRESSE » , lui ajoutant un « de » et un « d » … J’avoue que si Chloé ne nous l’avait pas signalé, je ne l’aurais pas remarqué ! Bien joué l’artiste !

bien urbain brad downey

Bien Urbain – art dans (et avec) la ville
du 3 au 20 juin 2021

Pendant notre parcours en ville, nous avons pu nous extasier sur des éléments d’architecture bien plus anciens, comme cette façade de l’hôtel de Champagney, hôtel particulier datant du début de la Renaissance, construit entre 1560 et 1565. Sa façade est pourtant encore gothique, avec ces quatre belles gargouilles très bien conservées ; elles représentent un lévrier, un lion, un griffon et un chien-mouton. Ce sont les dernières conservées à Besançon et leur but n’était pas seulement décoratif, elles étaient bien utiles pour faciliter l’évacuation des eaux de pluie. Cet ensemble est caractéristique de la tradition comtoise des galeries et escaliers ouverts sur cours.

gothique gargouille besancon battant

On pénètre sous le porche et on découvre une ravissante cour, avec des galeries à colonnes de bois et colonnes toscanes de pierre.

besancon hotel particulier quartier battant

Dans l’escalier qui monte face à celle-ci, on se délecte enfin de beaux restes de yarn bombing, ou « attentat laineux » du gang des tricoteuses, qui entourent les barreaux de fenêtre ou autres éléments du mobilier urbain, au tricot ou au crochet. Sur notre droite de charmants jardins aux roses embaumantes, et un terrain de jeux pour enfants avec un autre dessin de Mardi Noir.

gang tricoteuses besançon yarn bombing

Et si on brunchait ?

Nous rejoignons en papotant le grand parc Chamars et la Gare d’Eau, pour un Brunch à la Guinguette du même nom. Ici on vous accueille sans chichis et avec le sourire.

parc chamars besancon

Installés sous de grands arbres, nous dégustons notre assiette, assez légère et parfaite avec cette grosse chaleur, j’aurais aimé un peu plus d’originalité dans la composition et un oeuf au plat moins cuit.

guinguette gare eau besancon

Guinguette de la gare d’eau (ouvert de mai à octobre)

Beaux Arts et Archéologie

Ce musée a une histoire qui remonte à très longtemps … en effet c’est dès 1694 que l’abbé de Saint-Vincent, Jean-Baptiste Boisot, lègue sa collection aux bénédictins de la ville, à condition que les ouvrages et oeuvres d’art qui la constituent soient visibles par la population. C’est bien plus tard que ces collections furent transférées dans une halle au blé, cohabitation originale puisque les activités commerciales continuaient au rez-de-chaussée tandis qu’à l’étage au dessus, le musée accueillait le public.

Au XXe siècle, après le dépôt de la collection d’Adèle et George Besson, on fait édifier une structure en béton conçue par l’architecte disciple de Le Corbusier, Louis Miquel. A travers des paliers irréguliers, on découvre les collections de peinture, art graphique, sculpture et archéologie.

Au rez-de-chaussée, j’ai été très impressionnée par l’imposant médaillon central de la mosaïque de Neptune, qui fut découverte en 1973 lors de la construction du siège EDF dans le centre de Besançon. Il représente Neptune, triomphant, sur un char tiré par quatre chevaux et date du IIe siècle après J.C.

Dans la même pièce, au sol, une autre mosaïque de la même époque qui se trouvait au sol d’une maison romaine (« domus ») est exposée. Elle est composée de motifs géométriques et un motif central qui représente Medusa. A l’époque, on appelait Besançon « Vensantio« .

musee beaux arts besancon mosaique romaine

Le musée affiche de grands noms comme Lucas Cranach, des écoles flamande et hollandaise, quelques Goya, Courbet

musee beaux arts besancon

En ce moment et jusqu’au 19 septembre, se déroule l’expositon « Juliette Roche, l’insolite« , l’occasion de découvrir cette artiste discrète aux tableaux joyeux et colorés, qui mérite d’être connue.

peinture juliette roche besançon musée

Musée des Beaux-Arts et d’Archéologie – 1 place de la République
Attention : fermé le mardi – Tarif : 8 euros (billet couplé avec le Musée du Temps et la maison natale de Victor Hugo) / gratuit pour les chômeurs et les étudiants

J’espère que mon article vous a donné de nombreuses idées pour vous occuper pour un week-end ou davantage à Besançon ! Si vous avez des questions n’hésitez pas à les poser dans les commentaires, je serais ravie d’y répondre ! Pour conclure, voici un petit film résumant mon voyage …

CITADELLE DE BESANÇON
Site Web : http://www.citadelle.com/fr/

BESANÇON TOURISME
Site Web : https://www.besancon-tourisme.com/fr/

MONTAGNES DU JURA
Site Web : https://www.montagnes-du-jura.fr

2 commentaires

  1. 1
  2. 2

Répondre à Véro Annuler la réponse.

Votre adresse email ne sera pas visible. Les champs obligatoires sont marqués *

Vous pouvez utiliser HTML les tags et attributs: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.