Le sentier de l’anguille

Je n’avais de l’Eure que de vagues souvenirs lorsque, fillette, j’allais rendre visite à mes grands-parents paternels installés à Vernon. Il était temps de me rafraîchir la mémoire et de découvrir cette facette cachée de la Normandie, et je dois dire que l’invitation d’Eure Tourisme est tombée à pic pour cela. Début septembre j’ai donc effectué un long périple pour rejoindre ce département un peu méconnu de Haute-Normandie, mais qui mérite d’être visité.

Commençons notre petit voyage dans l’ouest de l’Eure, à Saint-Sulpice de Grimbouville près de Pont-Audemer, où j’ai rendez-vous avec Marine Vanot, animatrice nature au Parc Naturel Régional des Boucles de Seine, pour une balade au coeur des marais de la Risle Maritime.

La Risle est une rivière qui coule entre l’Orne et l’Eure, et cette partie justement est la fin de ce cours d’eau, qui fait seulement 16 kilomètres, avant de se jeter dans la Seine. Ce tronçon est intéressant car il est soumis à l’influence des marées, d’où un paysage qui varie en fonction de celles-ci.

prairies parc naturel boucles de seine

Avant de commencer la promenade nous embrassons du regard le paysage que nous allons explorer bientôt : des prairies, qui appartiennent en partie à la commune de Saint-Sulpice et en partie au Parc Naturel Régional. Le parc Naturel Régional a racheté certaines prairies à la Commune dans une optique de préservation de la biodiversité. En effet, celles-ci avaient tendance à être abandonnées par l’agriculture ; c’est une tendance hélas assez générale en zone humide, pour des raisons de contraintes (économiques : il faut maintenir des réseaux de fossés pour drainer la prairie, on ne peut pas accéder aux prairies toute l’année car elles sont parfois vraiment gorgées d’eau, etc …). Il y a donc une régression très forte de l’exploitation agricole dans ces zones. C’est un problème car lorsqu’il n’y a plus d’élevage, la prairie redevient très vite de la forêt : les arbustes reprennent le dessus, puis les arbres, et lorsque le processus est fini, c’est très difficile de revenir en arrière ! On perd la qualité du sol typique des prairies, la flore va complètement être modifiée, et bien sûr la faune également, qui est très liée à la flore. Depuis les années 80, beaucoup d’actions ont été menées, des fermes ont été rachetées, et on y a placé des animaux particuliers qui soient rustiques, qui peuvent vivre dans la prairie humide sans demander trop de soins. Autre option possible pour le Parc Naturel Régional, passer des contrats avec des agriculteurs pour les aider financièrement afin qu’ils poursuivent leur activité et que les paysages soient maintenus dans cette belle région. Ces contrats sont encadrés par des politiques européennes (Natura 2000 qui encadre tous les sites naturels sensibles européens), ou via des mesures agri-environementales (Ministère de l’Agriculture). Certaines parties du Parc appartiennent aussi au Conservatoire du Littoral ; l’ensemble de ces parcelles constitue cet espace naturel sensible des marais de la Risle Maritime labellisé par le Conseil Général de l’Eure.

On devine les fossés en regardant bien, il s’agit de ces lignes qu’on devine dans le paysage. Les parcelles étaient également historiquement délimitées par des haies d’arbres qu’on appelle des « arbres têtards » , des arbres (souvent des saules) dont on coupe la tête (d’où leur nom) tous les dix ans, pour récupérer du bois de chauffage ou pour faire des clôtures. C’est une méthode qui, plutôt que de couper et tuer l’arbre et d’avoir du bois une seule fois, est une exploitation de l’individu « arbre, pour récupérer du bois tous les dix ans, et ce pendant 100, 200, parfois 300 ans. Elle a tendance à se perdre maintenant, mais cela fait partie des actions menées par le Parc.

Le Parc replante des arbres sur le site, pour assurer cette perennité, non seulement aux arbres, mais aussi aux espèces qu’on dit « inféodées » comme la chouette chevêche (espèce diurne) qui vit principalement dans les cavités d’arbre.

Le sentier de l’Anguille permet de traverser entièrement la vallée d’1,5 km de large, de type glaciaire en « U », d’arriver au bord de la rivière, et de revenir à son point de départ car c’est un parcours en boucle. C’est un sentier assez long sans croiser de route ni de maison (le sentier est balisé en bleu et fait 4,2 kilomètres), une autre boucle en jaune est plus longue et va jusqu’à Pont-Audemer pour les courageux qui veulent marcher 12 kilomètres. L’idéal est de le faire à pied et même d’avoir des bottes car certains endroits peuvent être très humides, ce n’est pas un circuit aménagé pour petites chaussures de ville !

moutons pommiers eure tourisme

Les chevaux camarguais assurent la tonte sans problème ! Cette race a été introduite en Normandie depuis déjà plusieurs générations … ils restent dehors tout l’hiver, il y en a environ une quinzaine aux alentours du sentier.

eure tourisme sentier nature

A droite : un exemple de « l’arbre têtard », bien que celui-ci ne soit pas en excellente forme en l’occurrence ! Ce frêne a été attaqué par un champignon qui envahit la Normandie …

arbre têtard

L’une des particularités de ce site, c’est d’avoir un grand nombre de sources ; bien sûr  la population du village utilisait cette eau dans les lavoirs il y a longtemps. Nous nous arrêtons à l’une d’elles pour voir les larves cachées sous les pierres, d’espèces variées, typiques des eaux courantes. Insectes « tourniquets » à la surface de l’eau, éphémères, planaires (petits vers plats), gammares (crevettes d’eau douce), tricoptère dans son fourreau en cailloux … on repose bien le caillou où on l’a pris après avoir dérangé ses petits locataires.

sentier anguille roche eure

sentier anguille tronc

Les moutons sont bien à l’ombre et se laissent photographier près d’un bel arbre têtard …

moutons normandie

consoude

Nous nous arrêtons quelques instants devant ces fleurs de consoude (j’avoue que je n’avais jamais entendu ce mot auparavant) : cette plante officinale dont le nom vient de sa capacité à consolider les fractures, à refermer les plaies … est souvent utilisée en cuisine par les restaurateurs, en trempant leurs feuilles dans une pâte à beignets. Il paraît que c’est délicieux, ça a un petit goût iodé … C’est une plante typique des terrains frais et humides.

Le Paon-du-jour est reconnaissable à ses quatre gros ocelles qui rappellent les yeux qu’on voit aussi sur les plumes du paon, pas facile à prendre en photo, comme tous les papillons, mais celui-ci ne bougeait pas trop, occupé à butiner.

papillon rouge

Au loin quelques cigognes se sont arrêtées près des vaches … trop loin pour que je prenne une photo correcte, mais je les ai vues avec les jumelles !

femme jumelles

barrière champ

libellule

Tout au long du sentier, on voit ces panneaux, qui expliquent pour chaque mois de l’année ce qu’il se passe sur le sentier de l’anguille, mais il ne sont pas implantés dans un ordre chronologique. Il y a douze panneaux bien sûr, ainsi que deux autres pour débuter et conclure la promenade. Le texte est volontairement assez court, pour que les visiteurs les lisent, et parler de la saisonnalité du sentier de l’Anguille. Il est différent à chaque saison, il ne faut pas hésiter à revenir le voir à des périodes différentes.

eure sentier anguille normandie

Les lentilles d’eau recouvrent la surface de la Risle d’un beau tapis vert …

lentilles d'eau vertes

Les fruits de l’aulne … du vert et du sec !

aulne

Il y a bien sûr des abeilles sur les fleurs de menthe aquatique, on goûte les jeunes feuilles de la renouée poivre d’eau, qu’on met sur le bout de la langue pour sentir son goût un peu poivré … et oh, voici un criquet ! Mais pas n’importe quel criquet, il s’agit du « criquet ensanglanté », espèce typique du milieu, il a les antennes dressées sur la tête et elles sont très courtes (sous les fémurs il est un peu rouge, c’est ce qui lui donne son nom) ; les ailes sont plus courtes que l’abdomen, c’est donc un mâle, nous explique Marine.

insectes

reine des prés dans prairie

Mêlée à l’aubépine et ses cenelles, voici une plante emblématique : la reine des prés qui porte un bien joli nom, saviez-vous que c’est à partir de cette plante qu’on a extrait le principe actif de l’aspirine ?

Les mûres n’étaient pas très sucrées, la faute à l’été pas très ensoleillé … j’en ai trouvé trois ou quatre à mon goût tout de même 🙂

mûres fleurs sentier eure

Près de la mare en voie de comblement, une famille de ragondins coule des jours heureux … il paraît que les crapauds y grouillent au printemps !

sentier anguille eure normandie

Nous revenons à notre point de départ en passant près de la peupleraie, et non sans avoir rencontré une dernière habitante du Marais, une rainette minuscule. Marine sait la tenir par les pattes arrière sans lui faire de mal, me laissant quelques instants pour la photographier. Elle n’a pas l’air d’apprécier et retourne avec hâte au bord de l’eau. Merci à Marine Vanot pour toutes ces anecdotes et informations passionnantes sur la faune et la flore du marais, pas une minute je ne me doutais qu’il y avait tant de choses à y voir ! Le sentier de l’anguille est un bel exemple de parcours éducatif qui permet d’en savoir plus sur la biodiversité, et sur ce secteur de prairies qu’il est primordial de préserver, où on laisse la nature s’exprimer, sans que l’homme contrôle tout. En février il ne faut pas louper les parades des cigognes, c’est un beau spectacle paraît-il.

rainette marais vernier

OÙ DÉJEUNER ?

Au départ du sentier de l’Anguille, dans un cadre champêtre et paisible, une chaumière traditionnelle et sa terrasse vous attendent pour vous restaurer (café local et bonnes pâtisseries) !

La Chaumière aux Cigognes
Saint-Sulpice de Grimbouville

chaumière aux cigognes restaurant

J’espère que cette promenade dans la verdure vous a fait du bien … connaissez-vous l’Eure, y êtes-vous déjà allé(e) ? Je vous invite à suivre les prochains billets, qui seront consacrés à la route des Chaumières, et à Pont-Audemer !

SENTIER DE L’ANGUILLE
SAINT-SULPICE DE GRIMBOUVILLE

Le Marais Vernier
27680 Marais-Vernier
Tél :  02 32 20 27 10
contact@pnr-seine-normande.com

Eure Tourisme
Site Web :
http://www.eure-tourisme.fr 

Parc Naturel Régional des Boucles de la Seine Normande
Site Web : http://www.pnr-seine-normande.com

 

12 commentaires

  1. 1
  2. 2
  3. 3
  4. 4
  5. 5
  6. 6
  7. 7
  8. 8
  9. 9
  10. 10
  11. 11

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas visible. Les champs obligatoires sont marqués *

Vous pouvez utiliser HTML les tags et attributs: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.