Sardaigne : Cagliari

Je reviens avec plaisir vous montrer quelques photos et vous parler de Cagliari, qui se trouve au Sud de la Sardaigne, où nous avions séjourné cet été. C’est une ville très animée et nous avons eu bien chaud en ce mois d’août, mais heureusement il y a des cafés et de bons glaciers (voir plus bas) pour se désaltérer ou faire une pause entre deux visites. Côté hébergement, il est vraiment intéressant d’avoir un hôtel qui vous permette de rayonner sur toute la côte Sud, car il suffit d’une ou deux journées pour explorer Cagliari. Souvent sur le site de Voyage Privé je trouve de bonnes affaires pour me loger à un prix intéressant. Bien sûr hors saison les tarifs seront plus raisonnables, et vous aurez aussi moins de monde sur les plages de Sardaigne.

Avant de commencer votre visite je vous conseille si vous n’en avez pas déjà un, de récupérer un plan à l’Office du Tourisme. Nous débutons dès notre arrivée par un peu d’escalade, celle du bastion de Saint-Rémy, une bâtisse impressionnante, mais pas très ancienne puisque datant de la fin du XIXème siècle. Il fut construit sur des vestiges de remparts espagnols, mais détruit lors de la seconde guerre mondiale. Il s’agit donc d’une reconstruction. Tour à tour occupée par Phéniciens, les Carthaginois, les Romains, les Vandales, les Byzantins, les Pisans, les Aragonais, les Espagnols et les Piémontais, il n’est pas étonnant que Cagliari ait gardé une trace de toutes ces peuples dans son architecture, et ses traditions.

bastion de saint remy

Du haut du bastion, on voit bien une partie de la ville, la mer et le port. La capitale de la Sardaigne fut pendant longtemps une base stratégique, et les Romains y restèrent pendant sept siècles. Ce n’est qu’en 1862 peu après son rattachement à l’Italie qu’on finit par abattre une partie de la fortification entourant la ville, et qu’à partir de là elle se développe.

view on cagliari

Cagliari Sardaigne

fenêtres volets cagliari

Nous voici maintenant dans le coeur du quartier du Castello, sur la Piazza Palazzo, nommée ainsi car on y trouve entre autres le palazzo Regio (ancien palais royal). Mais sur cette place, ma visite coup de coeur ce fut la Cathédrale Sainte-Marie (Duomo  Santa Maria), de toute beauté. J’y serais bien restée plus longtemps, mais d’autres s’impatientaient !

cagliari cathédrale

Anges dodus et dorés un peu partout, intérieur en marbre, style baroque, tout me plaît. Cerise sur le gâteau, nous y étions pour l’Assomption et nous avons vu Sainte Marie transportée avec ferveur dans la nef, et le prêtre prononcer un long discours en latin (auquel je n’ai compris goutte, bien entendu).

anges église cagliari

duomo cagliari santa catarina

Il ne faut surtout pas oublier de rendre visite à la crypte, située sous le presbytère. On y accède par deux portes disposées symétriquement de chaque côté.  Cette crypte abrite trois chapelles : la chapelle pisane, la chapelle centrale et la chapelle aragonaise. Ci-dessous, la chapelle centrale ou  « sanctuaire des martyres », au plafond très décoré.

crypte cathédrale cagliari

Sur les murs latéraux, des niches colorées, et ce dans les trois chapelles, mais pas le même nombre. Au total on en dénombre 179, qui renferment les reliques des martyres de Cagliari. Sur une photo plus bas vous verrez de plus près l’une d’elles. Près du sarcophage en marbre de l’archevêque Francisco de Esquivel, de petites images religieuses sont en vente …

image religieuse sardaigne

Le plafond que vous voyez ici à l’arrière plan est décoré de roseaux en pointes de diamant bosselées.

cagliari cathédrale crypte

niches chapelle saint saturnin

cagliari duomo sardegna

banquette cagliari duomo

Après le déjeuner, nous rejoignons la « Citadella dei Musei« , un coin qui rassemble plusieurs musées : Le musée d’archéologie, le musée d’art siamois et la pinacothèque. Nous avons choisi de visiter le Musée archéologique, histoire de prendre une tranche de culture, mais aussi d’être au frais … le soleil cogne fort !

musée archéologique cagliari

Là, sur quatre étages, on fait un voyage dans le temps, et on comprend mieux l’histoire de la Sardaigne en observant les objets retrouvés lors de fouilles archéologiques sur l’île. Cela démarre par la préhistoire, puis par l’époque nuragique (qui a laissé de nombreuses traces ici). La culture nuragique c’est le premier âge du bronze, vers le XVIIIème siècle avant J.C. ! Ce nom vient de nuraghe, le nom de cette petite tour que l’on voit en grand nombre un peu partout en Sardaigne, en forme de cône. Leur fonction est encore incertaine, personne n’a pu affirmer avec certitude s’il s’agissait de petites maisons, de lieu de culte, de tour d’observation …

Ces toutes petites statuettes en bronze étaient enterrées avec les défunts, et étaient censées les protéger. Elles pouvaient représenter des animaux, des humains, des guerriers …

statuettes musée archéologique sardegna

Beaucoup de fragments de statues (têtes, mains …) ont été trouvées dans les anciens marais salants en périphérie de Cagliari, qui est désormais une réserve naturelle. J’aime imaginer ce que transportaient ces amphores repêchées en mer … olives, huile, vin … ? Depuis le naufrage une vie de coquillages s’est installée sur la terre cuite et trace de jolis dessins circulaires …

musée archéologique cagliari

amphore romaine cagliari

statue musée archéologique cagliari

Une fois la visite terminée, nous tentons de voir l’amphithéâtre romain, mais hélas c’était le jour de fermeture ; j’ai pu prendre une photo quand même, na !

roman theatre cagliari

Nous descendons les rues un peu au hasard, à mon grand regret l’église San Michele (ci-dessous) était fermée pour des travaux de restauration, quel dommage, il paraît qu’elle est très belle. De petits fanions égayent les rues écrasées par le soleil, tout le monde cherche un peu d’ombre.

chiesa san michele sardegna

chiesa sanmichele cagliari

La Porte Cristina (ci-dessous) est l’une des portes qui mène au quartier du château, côté ouest. Elle porte ce nom grâce à la Reine Maria Cristina de Borbone, l’épouse du roi Carlo Felice. Son architecture est très inspirée de la Porta Angelica qui se trouve au Vatican (style dorique).

porte cristina sardaigne

street art cagliari

fiat 500 cagliari

Bonne adresse :

Des glaces excellentes dans une toute petite boutique (on a testé pistache de Sicile, et aussi mangue, une tuerie !) – Seul regret, on ne peut déguster sur place, mais heureusement il y a quelques bancs sur la place ombragée juste en face … avec la chaleur du mois d’août, elle est appréciable, mais la gourmandise fond très vite hélas !

GOCCE DI GELATO E CIOCCOLATO
Piazza del Carmine 21,
09124 CAGLIARI

gocce di gelato cagliari sardegna

Après cette excellente glace nous rejoignons l’endroit où nous avons laissé notre voiture, près de la Marina. Il ne faut pas oublier de faire quelques pas sur la Via Roma, typique des rues couvertes italiennes. Dommage que beaucoup de vendeurs de souvenirs moches s’installent ici pour faire commerce.

via roma cagliari

J’espère que cette visite rapide de Cagliari vous a plu, nous en reparlerons peut-être dans un autre article, promis je reviendrai vous montrer d’autres parties de la Sardaigne comme la ville de Sassari ou le village d’Orgosolo, fascinant. En tous cas mon séjour m’a donné envie de visiter d’autres îles italiennes, comme celle pas très loin de la Toscane, la mystérieuse île d’Elbe, rendue célèbre par sa prison qui a accueilli temporairement Napoléon Bonaparte …

sardaignecagliari

12 commentaires

  1. 1
  2. 2
  3. 3
  4. 4
  5. 5
  6. 6
  7. 7
  8. 8
  9. 9
  10. 10
  11. 11

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas visible. Les champs obligatoires sont marqués *

Vous pouvez utiliser HTML les tags et attributs: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>