Saint-Malo

Lors de mon voyage sur l’ île de Jersey début septembre, j’ai fait une escale à Saint-Malo à l’aller et au retour. Je connaissais peu cette ville magnifique (je n’y étais allée qu’une seule fois) et cette fois-ci j’avais un peu plus de temps pour visiter cette cité corsaire située en Ille-et-Vilaine en Bretagne. Il paraît que son nom vient du saint gallois Mac Law, qui était venu évangéliser la région au VIème siècle (il a d’ailleurs une rue à son nom). Les conflits avec le duché de Bretagne sont nombreux car la cité revendique furieusement son indépendance au cours de l’histoire !  Jacques Cartier, qui découvre le Canada en 1534, y est né ….

Suivons l’hermine, symbole de la Bretagne, si vous le voulez bien … (il y a 150 « clous » identiques disséminés un peu partout).

bretagne saint malo

C’est également la ville des corsaires ; attention, ne confondez pas avec les pirates ! Les corsaires avaient une autorisation officielle du roi, et suppléaient à la marine de guerre, sur des navires privés. Ils partageaient ensuite leur butin avec l’Etat selon une règle simple : un tiers pour le roi, un tiers pour leur ville et un tiers pour le bateau. On connaît bien sûr Robert Surcouf ou encore René Dugruay-Trouin.

saint malo enseigne corsaire bretagne

Saint-Malo vivait également de la pêche, et comme je vous l’avais expliqué dans mon article sur Paimpol, les pêcheurs allaient à bord de leur goélette jusqu’à Terre-Neuve exploiter les bancs de morues, ce jusqu’au début du XXème siècle.

Pendant la deuxième guerre mondiale, en 1944, la cité fut quasiment totalement détruite par les bombes des alliés qui visaient la garnison allemande. Heureusement, le maire Guy Lachambre a mis toute son énergie dans la reconstruction à l’identique, achevée en 1953.

J’ai testé la visite « audio-guidée » mise à disposition par l’Office du Tourisme de Saint-Malo et je l’ai trouvé très complet et instructif pour une visite en solo ou à deux ; avec un ipod shuffle et un ou deux casques, on optimise son temps sur place (et rien ne vous empêche d’appuyer sur « pause » le temps d’une crêpe)  (12 € pour environ 2 heures)

audio guide saint malo tourisme

Je vous parlerai ici essentiellement de la partie intra-muros, très vivante et qui a su néanmoins garder son authenticité. Ces fameux remparts sont d’ailleurs la promenade incontournable à faire à mon avis, si vous disposez de peu de temps.

remparts saint malo bretagne

Au cours de cette balade en hauteur (commencez par la porte Saint-Thomas), vous passerez par la Poterne aux Normands, le Fort à la Reine, la tour Bidouane , la Tour Notre-Dame, le Bastion de la Hollande (où se trouvent des canons), le Bastion Saint-Philippe, le Bastion Saint-Louis (où vous verrez la statue de René Duguay-Trouin), passerez par dessus la Grande Porte et finirez la balade Porte Saint-Vincent.

remparts cite saint malo bretagne

Dans le jardin du cavalier, on s’arrête quelques instants devant la statue de Robert Surcouf, pointant du doigt l’ennemi, devant des drapeaux du Québec . Toujours sur les remparts mais côté port, un peu avant la porte Saint-Vincent, vous verrez la statue de l’autre corsaire, Duguay-Trouin (né un siècle avant Surcouf).

statue robert surcouf saint malo

Terminer la balade en admirant le coucher de soleil, c’est évidemment la cerise sur le gâteau … et c’est tellement romantique !

remparts saint malo coucher soleil

Côté face intérieure des remparts, au niveau de la Grande Porte, on remarque une très belle statue en bois polychrome, celle de Notre-Dame de Bon Secours (ou Notre-Dame de la Grand’Porte) qui date du XVème siècle. On lui attribue de nombreux miracles, et elle fut même défendue par les poissonnières de la halle à la Révolution ! (c’est en fait une copie, l’original étant à l’abri dans la cathédrale Saint-Vincent dont je vous parle plus bas)

bretagne remparts vierge bretagne

C’est souvent par cette Porte Saint-Vincent construite en 1708 qu’on pénètre dans la ville, non sans avoir fait auparavant un arrêt à l’office du tourisme (voir photo ci-dessous de leurs bureaux à l’architecture moderne, pas loin du manège). Son double porche est surmonté des armoiries de la ville ; si vous jetez un coup d’oeil dans le recoin de la porte Bidoret, celle de droite, vous verrez la « salle des retardataires », où l’ont enfermait ceux qui n’avaient pas respecté le couvre-feu sonné du clocher de la cathédrale (!). Cela s’est mal terminé pour l’un d’eux d’ailleurs, un officier qui rentrait chez lui, et que les chiens ont soi-disant dévoré (ils étaient lâchés à 22 h jusqu’au petit matin, afin que personne n’entre ou ne sorte de la ville). Ce couvre-feu fut supprimé en 1770 après ce regrettable accident :-(

saint malo porte saint vincent

Installé dans le donjon du château de la duchesse Anne; le musée d’Histoire de la Ville et du Pays Malouin évoque le commerce maritime, les figures malouines, la grande pêche … je n’ai hélas pas eu le temps de le visiter.

saint malo chateau duchesse anne

On s’attarde un peu sur ce beau logis de pierre du XVème siècle qu’est la maison de la duchesse Anne (2 cour La Houssaye) ; il paraît que celle-ci y a séjourné pendant la construction de son château, mais on n’en est pas certain …

bretagne saint malo

Quelle jolie rue que la rue Pélicot ! Elle est bien étroite mais tout au long de celle-ci vous trouverez des demeures anciennes, d’origine ou restaurées.

saint malo rue pelicot

En bas de l’escalier de la Grille, pas loin de la Cour de la Houssaye, on voit deux médaillons sous une fenêtre aux carreaux cassés : ils représentent Jacques Cartier (à gauche) et son épouse, Catherine des Granges (à droite).

rue pelicot saint malo bretagne

J’attire votre attention sur le numéro 5 de cette petite rue Pelicot, où se trouve l’une des dernières maisons à façades de bois et de verre qui reste à Saint-Malo après les incendies successifs de 1661 et de 1944 ; d’autres maisons anciennes s’y trouvent, comme au numéro 11 (datant de 1676) ou au 9 (1684), et aussi au numéro 1, une maison à tourelle du XVIème siècle avec des linteaux sculptés.

Les deux étages de panneaux de bois et de coursières sont vitrées et superposées, protégées par l’avant-toit de la toiture ; c’est depuis 1991 la Maison internationale des poètes et des écrivains.

saint malo ille vilaine bretagne

Même si vous n’avez pas pu prendre l’audio-guide, vous en apprendrez beaucoup sur la ville car il y a partout des panneaux donnant des explications (en français et en anglais) sur le lieu où vous vous trouvez.

La cathédrale Saint-Vincent est imposante et se situe à l’emplacement d’une chapelle consacrée par saint Mac Law au VIème siècle (je vous en parlais au début de mon article). Sa construction s’étant prolongée au fil des siècles, on trouve différents styles à l’intérieur, comme la nef qui est romane, et le choeur qui est gothique, tout comme le clocher.

A l’extérieur, on aperçoit les vestiges de l’ancien cloître :

ancien cloitre cathedrale saint vincent

La flèche d’origine était bien plus jolie que celle que l’on peut voir maintenant, hélas elle n’a pas été reconstruite à l’identique.

bretagne cathedrale saint vincent

C’est ici que repose Jacques Cartier, l’explorateur célèbre qui a découvert l’estuaire du Saint-Laurent, et pris possession du Canada en 1534.

steles saint malo cathedrale

La lumière rentre par les superbes vitraux, comme cette rosace de Jean Le Moal (ils sont tous récents en raison des dégâts causés par le bombardement de 1944).

vitraux cathedrale saint vincent saint malo

J’ai eu un coup de coeur pour le siège de présidence et le maître-autel en bronze, oeuvres du sculpteur Arcabas père et fils et du sculpteur Etienne, sur le thème des 4 vivants, réalisés en 1992.

baptistere saint malo arcabas

cathedrale saint vincent arcabas saint malo

Autre crush, l’architecture de la Halle au blé, à la fois halle du marché (le mardi et le vendredi) et salle d’exposition ; construite en 1822, on y trouvait volailles, beurre, viande, elle fut agrandie en 1892.

 

 

bretagne saint malo halle

François Mahé-de-la-Bourdonnais est un autre natif de Saint-Malo, il serait né ici dans cette rue qui porte désormais son nom, pas moyen de rater l’endroit, grâce à cette superbe porte en bois sculpté du XVIème siècle (au numéro 2).

porte en bois saint malo

Pendant la visite, pourquoi ne pas s’arrêter à l’Alambic café ? Sa jolie façade à pans de bois attire les photographes :-)

alambic cafe saint malo bretagne

Si vous vous baladez sur la plage de l’éventail ou sur les remparts, vous verrez à coup sûr le fort national, construit en granit de Chausey, à peu près en face du château. J’ai pu cette fois le rejoindre à pied (j’étais venue il y a deux ans mais zut, marée haute !) et on y a une vue magnifique sur Saint-Malo et ses remparts. Ce fort fut construit en 1689 sur les plans de Vauban, pour compléter le système défensif de la cité corsaire. J’arrivais un peu tard pour la visite mais il est possible d’y voir les souterrains en plus de l’enceinte (surveiller le drapeau, il est hissé quand c’est ouvert à la visite).

saint malo fort national bretagne

Une autre idée qui peut vous plaire aussi, c’est une balade le long du port, où de gros navires sont accostés, des chalutiers mais aussi la superbe frégate corsaire Etoile du Roy réplique d’un navire de 1745, qui peut se visiter …. un vrai musée !

quai port bateau saint malo bretagne

fregate corsaire etoile roy saint malo

port saint malo peche cordes

Faire une pause à la plage 

Saint-Malo a de nombreuses plages, voici par exemple la plage de Bon-Secours (à marée basse ainsi vous voyez le grand bassin d’eau de mer rempli, accès gratuit ! Tout le monde s’en donne à coeur joie sur le plongeoir … c’est une construction des années 1930.

plage bon secours piscine sable saint malo

… ou la plage de l’éventail et ses brise-lames, impressionnants en fin d’après-midi, projetant leurs grandes ombres …

plage eventail saint malo bretagne

plage saint malo bretagne

Quelques bonnes adresses

Je me suis régalée dans trois crêperies excellentes pendant mon court séjour : Le Corps de Garde sur les remparts, La Touline, et Chez Chantal . Vous pouvez y aller les yeux fermés …

creperie saint malo remparts

crepe saint malo le corps de garde

Je vous recommande également une visite chez Epices Roellinger, la maison du Beurre Bordier, les Babas de Saint-Malo, et la maison du Sarrasin, pour faire un shopping gourmand .

Et si on s’amusait à débusquer un peu de street art ? J’avoue que je ne pensais pas en voir ici, je me suis trompée ! Voici un petit aperçu …

Dans l’un des passages de la ville, le bordelais ODEG a réalisé une jolie fresque où le vert et le bleu se mélangent … j’adore !

street art saint malo bretagne

A droite, le lillois Mister P ( avec souvent ses « De Gaulle en ville ») et Moon Girl de Stéphane Moscato, vu près de mon hôtel des Remparts (il était invité au festival Banana Pschit!!! qui a eu lieu récemment à Dijon).

stephane moscato saint malo mister p

Et voici mon dessin préféré, réalisé au pochoir par Ose Artwork de Montpellier … impossible de rester indifférent(e) à ce regard !

ose art work saint malo bretagne

Vous avez sûrement croisé Mimil, le personnage de David Selor si vous êtes allés à Bordeaux … les messages qui accompagnent ses dessins sont pleins de bon sens vous ne trouvez pas ?

selor street art saint malo bretagne

Ci-dessous Tgubgulik (rien trouvé sur cet artiste) et à nouveau Mister P à droite.

mister p de gaulle saint malo

Voici une fresque qui a fait couler beaucoup d’encre, merci à Virginie de me l’avoir montrée : à l’origine peinte pour promouvoir « Belle Personne », une jeune marque d’habillement malouine … le dessin de Pinon Sûr Rue (Nicolas Pinon) n’a pas fait pas que des heureux (elle a déjà été détériorée) mais l’artiste l’a repeinte, et protégée d’un vernis anti-graffiti ! (le nom de la marque fut également enlevé, pas de pub !). De nombreux amoureux se font prendre en photo devant ce mur, au grand désespoir de certains riverains …

belle personne pinon sur rue saint malo

Ce n’est que bien après mon retour à Lyon (en préparant cet article d’ailleurs) que j’ai appris qu’il y avait une fresque de Seth non loin de là vers le port … j’étais bien vénère de ne pas l’avoir vue !

Où dormir ?

J’ai testé l’hôtel de la Cité près des remparts et l’hôtel Bristol Union près de la Halle aux poissons, tous les deux sont des trois étoiles de bon confort intra-muros, idéalement situés.

hotels saint malo bretagne

Un grand merci à l’office du tourisme de Saint-Malo et à Virginie L. pour leur accueil, j’espère vous avoir donné envie de découvrir la cité corsaire, n’hésitez pas à me poser vos questions dans les commentaires !

saint malo remparts bretagne

SAINT-MALO TOURISME
Site Web : https://www.saint-malo-tourisme.com/

Partager cet article

Voyage

5 commentaires

  1. 1
  2. 3
  3. 4

    Pour la fresque de Seth, c’est dommage, elle n’est pas si loin que l’intra en plus. Au bout du port, un peu avant il y a en une superbe aussi de Sozyone et Jaba, noir et rouge. Un bijou !

Répondre à argone Annuler la réponse.

Votre adresse email ne sera pas visible. Les champs obligatoires sont marqués *

Vous pouvez utiliser HTML les tags et attributs: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.