Street art en pays de Redon

Après mon voyage pour découvrir le street art à Rennes , je me suis rendue à Vannes mais avant de vous en parler, je tenais à vous montrer deux endroits où j’ai fait un petit stop, dans le pays de Redon, On y trouve en effet des friches qui sont le terrain de jeu idéal pour les adeptes d’art urbain qui y déposent de superbes fresques, fréquemment renouvelées.

Commençons par Saint-Nicolas de Redon (en Loire-Atlantique) et le spot incontournable de la friche du site du transformateur,

Au XVIIe siècle, les chantiers de construction navale fleurissent dans le port de Redon et à la Digue, à Saint-Nicolas-de-Redon.

Au milieu du XIXe siècle, l’activité périclite et laisse place à l’industrie du bois, notamment du pin maritime. Ce bois devient la matière première des scieries. En 1891, l’usine qui fabrique du tannin à partir de l’écorce de châtaignier pour l’industrie du cuir, est mise en service. L’activité s’arrête en 1931. Différentes sociétés se succèdent sur l’actuel site du Transformateur : les scieries Migaud et Pailhoux, Cahours et Cie, Renaud Machines à bois puis Sébilleau qui produisent alors caisses, parquets, manches à  balais, casiers à bouteilles, etc. Ces activités, concurrencées par le plastique, déclinent à partir des années 1960, les dernières industries ferment leurs portes dans les années 90. Les entreprises Lecoq rachètent le site en 1994 pour en faire un entrepôt. L’activité est menacée par les inondations successives en 1995, 2000, 2001. Suite à ces événements naturels, il s’avère que le site présente un risque élevé pour les personnes et les biens et la Préfecture prononce une décision d’évacuation des activités industrielles.

Le Département de Loire Atlantique rachète le site en 2001, avec pour objectif de le requalifier en zone d’expansion des crues et de laisser la nature le reconquérir.

Une association a même été créée et se charge de faire vivre cette friche, en organisant des visites ou menant une action expérimentale de retour à la nature maîtrisé. Dans ce cadre, des portes ouvertes sont organisées régulièrement, et les visiteurs peuvent découvrir ce qui se cache ici …. car non, il n’y a pas que du street art !! Cet ancien espace industriel est classé Espace Naturel Sensible, situé entre l’espace urbain et les marais du Pays de Redon. Ruches, potager, plantation d’osier et même un troupeau de vaches occupent désormais ce vaste terrain.

Toutes les infos ⇒ http://le-transformateur.fr/

L’artiste le plus présent ici est Jef Graffik, qui signe de nombreux portraits, surtout féminins. Ils sont parfois agrémentés d’une série de chiffres commençant par « 123 … »  dont je ne connais pas la signification.

amis du transfo street art murals

Différents bâtiment abandonnés jalonnent la friche, celui-ci étant près de l’entrée. Sur le mur de droite sur la photo ci-dessous, sur fond rouge, l’oeuvre est de Michael Husser aka Mika (et à droite de Jef Graffik). Cet artiste est né en Alsace mais a vécu pendant quatre ans en Nouvelle-Calédonie. Passionné de dessin depuis son plus jeune âge, il est devenu un graphiste et illustrateur free-lance, puis a commencé à peindre sur des murs, des sujets plus grands. Son autre passion : le BMX, ce depuis son adolescence ; il travaille d’ailleurs pour une marque de ce secteur en tant que graphiste. Si vous vous dépêchez, vous pourrez voir l’un des anciens bureaux de la DDE à Vannes, qu’il a investi pour le projet le DéDalE .

friche redon street art

Je ne suis pas certaine que l’oeuvre ci-dessous est de Jef Graffik. A votre avis ?

street art redon friche

Je vous avais montré des fresques de WAR! dans mon article street art à Rennes. J’étais contente de le retrouver ici à Saint-Nicolas de Redon, sur le pignon d’une des maisons en limite de la friche. Cette fois-ci l’artiste a représenté un animal marin, une araignée de mer …

war! friche redon loire atlantique

Ci-dessous à droite, un autre portrait de Jef Graffik. La mousse envahit le sol de l’ancienne usine …

redon street art friche transformateur

Certaines machines sont restées sur place, tandis que la végétation s’immisce ici et là dans la pièce.

friche transformateur street art redon

Mais oui, il est partout ! Le regard de ces belles jeunes femmes nous suit partout dans la friche …  (Jef Graffik)

street art jef graffik redon

Voici encore un portrait de femme, mais cette fois-ci c’est La Rouille qui en est l’auteur, artiste autodidacte venu à la peinture sur le tard. Il paraît que cette oeuvre date de ses débuts (2015 ?), une madone qui tend la tête vers le ciel, aux contours estompés, lui donnant un côté énigmatique, on dirait un fantôme. L’artiste, dont le pseudo vient de sa couleur de cheveux, reste très discret et n’est guère présent sur les réseaux sociaux. Il n’a pas une formation artistique et refuse les étiquettes ou de faire partie d’un milieu « street art ».

redon friche transfo art murals La Rouille

Je n’ai pas trouvé le nom de l’artiste qui a peint ces jolies volutes bleu et jaune ; les mêmes se trouvaient au fond du portrait de la jeune femme aux cheveux bleus montré un peu plus haut.

friche transfo street art redon

amis du transfo friche redon

Un peu plus loin sur l’observatoire, on retrouve WAR! avec cette fois-ci un poisson … la fresque a l’air assez ancienne.

Poisson War! friche redon

Voici une fresque bien caustique à l’égard de Cyril Hanouna et de son type de « culture » télévisuelle, signée Lagorafob . Le message est clair : « Tous les jours, nourrissez votre cerveau avec la télévision française ! » … il montre l’animateur tenant un cerveau dans sa main, l’arrosant de ketchup.

friche redon hanouna street art

Non loin, et pas du tout dans son style habituel, on retrouve Jef Graffik, (peut-être avec Krapados ?) pour un dessin lui aussi critique, où l’on reconnaît les gilets jaunes, Emmanuel Macron, et un personnage symbolisant le grand capital.

redon street art friche transfo macron

Inutile de vous indiquer le nom de l’artiste qui a oeuvré sur les photos ci-dessous …. 😉

jef graffik redon street art friche

redon friche street art jeff graffik

Je reprends ma voiture et j’arrive à Redon, me garant le long de la « La Halle Garnier » un énorme bâtiment loti entre la Vilaine et le port de plaisance, avec une capitainerie. Les murs de cette immense halle qui s’étendent sur plusieurs centaines de mètres sont progressivement devenus une véritable galerie d’exposition des graffeurs locaux et des leurs invités. La galerie est en perpétuelle transformation, mais les œuvres y sont respectées et peuvent rester en place plusieurs années. Ces entrepôts Garnier, portent le nom de l’usine qui fabriquait des machines agricoles avant de fermer en 1980.

Hélas d’après ce que j’ai pu lire, il semblerait cependant que cette halle soit amenée à être détruite dans un proche avenir … avec le projet Confluences 2030, les quartiers portuaires seront bientôt redessinés

Commençons par le passage Chet Baker, du côté du parking du Cinéma Manivel, aux multiples fresques, très différentes, où se trouve aussi un petit skate park. On reconnaît deux portraits représentant Frida Kahlo, l’un de 2016 (celui avec un cercle en arrière-plan, avec du rouge et du violet), et un plus récent (2018), toujours du même artiste Jef Graffik.

redon friche garnier street art

Je découvre ici les Oides, ces petits bonshommes bleus imaginés par Charles Cantin, de Saint-Nazaire, il y a trois ans (les Oides ce sont les doigts en verlan)
Ce sont des personnages gentils, familiaux, qui séduisent aussi bien les petits que les grands.
Cette fresque de Redon nous montre le coffre-fort de Picsou qui est devenu le terrain de jeu des Oides. Le personnage masqué en bas à droite serait de Jef Graffik. Vous les retrouverez également au DéDalE de Vannes.

fresques murales redon

Ce singe impressionnant n’est qu’un détail d’une grande fresque à laquelle a participé le collectif Moker Crew (qui fait plutôt du lettrage) ; hélas il n’y a guère de signatures …

street art redon friche garnier

la ZAD « Zone A Défendre » est devenue « zone à dessiner » et s’affiche et revendique aussi son côté nature, avec un joli triton … Visiblement beaucoup d’habitants ne souhaitent pas que ces anciens bâtiments soient détruits et surtout qu’on y construise des immeubles … ils se sont d’ailleurs regroupés en collectif pour défendre le lieu.

redon art street friche ZAD

On l’avait vu à Rennes, le travail de Lélé … après ses études, il est parti plusieurs années en Amérique du Sud, c’est là qu’a commencé son amour pour les singes. Celui-ci est impressionnant dans son habit de cosmonaute !

redon street art Lélé gorille friche

Toujours sur le passage Chet Baker, au bout du mur, une grande fresque intitulée « Solidaires » (2018), avec un personnage au centre. Il s’agit de Yaya Diallo, un guinéen de 19 ans qui était menacé d’expulsion du territoire français, et qui devait retourner dans un camp de réfugiés en Italie. Plus de 1500 signatures ont été récoltées suite à la pétition qui a circulé, en soutien au jeune homme qui suivait une formation de maçon. C’est Diaspora Crew, collectif d’artistes bretons créé en 2014 par deux graffeurs lorientais, Kaz et Ezra, qui l’a réalisée. Si vous lisez mon article sur le DéDalE , vous verrez leur fresque « Fuck Monsanto », très impressionnante. Leur démarche artistique est basée sur la performance, l’originalité et la qualité technique, regroupant des artistes de Brest, Lorient, Saint-Brieuc, Vannes et Rennes.

friche garnier redon loire atlantique

Rejoignons le Quai Jean Bart pour d’autres fresques … hélas trois fois hélas je n’ai pas vu de nom pour celle-ci qui se détache du lot, par son style et sa thématique …

street art loire atlantique redon

Jef s’est ici inspiré d’une BD anglaise dont l’héroïne est Tank Girl. J’avoue que je ne connais pas cette bande dessinée, mais le portrait est fort réussi.

redon friche garnier street art

Artistes inconnus pour le dessin ci-dessous, un peu futuriste …

friche garnier redon street art

Cette pièce a été peinte en vue des élections présidentielles de 2017. Le texte était : « 2017 : Votez pour un con ». Le slogan fut effacé, alors l’artiste a modifié le slogan en « Votez pour un con … fictif » et a ajouté une bulle au personnage disant « Putain cong ! ». Pour l’instant il ne reste que cette dernière ! Cela change des portraits féminins auquel son auteur nous avait habitués … (oui …. toujours Jef !)

friche garnier redon street art

Voici un dernier Jef Graffik avant de quitter Redon …

jef graffik quai jean bart redon

J’étais ravie de découvrir ces lieux aux fresques très variées en styles … et je vous donne rendez-vous très prochainement pour vous montrer le DéDalE de Vannes !

2 commentaires

  1. 1
  2. 2

Répondre à Côme Annuler la réponse.

Votre adresse email ne sera pas visible. Les champs obligatoires sont marqués *

Vous pouvez utiliser HTML les tags et attributs: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.