Ipoh

A 175 km au nord de Kuala Lumpur en Malaisie, Ipoh , captiale de l’état du Perak est connue aussi comme « cité des bougainvillées » tant il y en a ici . Les habitants sont surtout cantonais ou d’origine chinoise, parlant le hakka (langue du sud de la Chine). De nos jours encore, sept habitants sur dix sont d’origine cantonaise, de par leurs ancêtres venus en grand nombre travailler dans les mines.

La vallée de la rivière Kinta était très prospère à l’époque dorée de l’extraction de l’étain en Malaisie dans les années 1870 ; ce cours d’eau sépare la ville en deux : d’un côté la vieille ville, de l’autre la nouvelle. Autre surnom de la ville en mémoire de cette époque : « la cité des millionnaires ».

Peu de touristes daignent s’y arrêter, pourtant j’ai trouvé que cette cité ne manquait pas d’intérêt, au contraire ! Ipoh a même figuré dans la liste Lonely Planet 2016 des lieux à visiter en Asie …

La majorité des points d’intérêt se trouve dans la vieille ville, avec de nombreux bâtiments historiques qui datent de l’époque coloniale, qui intéresseront les férus d’architecture.

malaisie ipoh sign

L’architecture coloniale

Je vous invite à rendre une visite à l’office du tourisme pour obtenir un plan de la ville et ainsi situer les différents bâtiments principaux à voir, même s’ils ne se visitent pas tous. Face à la gare, voici le Dewan Bandaran (auparavant l’Hôtel de Ville) construit en 1914. Il accueille désormais des évènements divers et variés, réceptions, mariages … Au centre, un jardin bien agréable avec bougainvillées et fleurs de frangipanier (ci-dessous). Un mémorial est érigé ici également, à la mémoire des habitants de l’état du Perak morts pendant les deux guerres mondiales. Vous verrez aussi peut-être aussi une plaque sur le mur de la gare, en hommage aux milliers d’asiatiques alliés qui sont morts alors qu’ils étaient utilisés comme main-d’oeuvre sur la ligne ferroviaire entre la Thaïlande et la Birmanie, sous la direction des japonais pendant la deuxième guerre mondiale ; ils étaient birmans, malais ou thaïlandais : la ligne est surnommée sur la plaque « Death Railway ».

Lien vers la Ipoh Heritage Map (clic clic).

malaisie ipoh perak

L’un des incontournables de la ville d’Ipoh, la gare, Stesen Keretapi Ipoh, toujours en service. Sa construction a débuté en 1914, pour se terminer en 1917, une construction un peu lente en raison de la première guerre mondiale, mais rendue nécessaire par l’extension de la ligne entre Ipoh et Batu Gajah en 1894. Surnommée « le Taj Mahal d’Ipoh », elle a été dessinée par l’architecte anglais très connu A.B. Hubback dont je vous parle dans mon article sur le quartier colonial de Kuala Lumpur ; on y retrouve les petites tours, dômes d’inspiration maure … comparez à la gare de la capitale et vous verrez qu’elle y ressemble beaucoup. Pour la petite histoire, des scènes des films Indochine (avec Catherine Deneuve) et Anna et le Roi (avec Jodie Foster) ont été tournées ici.

ipoh gare train malaisie architecture

gare ipoh historic building

Au premier étage de la gare, un vieil hôtel (qui n’a pourtant pas bonne réputation), le Majestic Station Hotel, en rénovation au moment de mon passage.

perak ipoh magestic station hotel

La mosquée Panglima Kinta est très jolie avec sa couleur blanche et ses dômes et toits bleus ; elle est située juste derrière Murals Lane et le long de la rivière Kinta, côté nouvelle ville. C’est l’une des plus anciennes mosquées d’Ipoh, construite en l’honneur d’un guerrier qui a lutté pour la ville.

malaisie ipoh mosquée panglima kinta

Pas très loin, voici le très élégant pont Hugh Low sur la rivière Kinta, avec deux tours et de beaux lampadaires. Hugh Low était un naturaliste britannique spécialisé dans les orchidées, qui a vécu dans l’état du Perak.

ipoh bridge malaysia

Je n’ai pas trouvé de renseignements sur cette imposante maison bleue, mais je continue à chercher …

malaisie perak architecture ipoh

Elle se voit d’assez loin, la tour de l’horloge du Birch Memorial ; ce monument a été érigé en l’honneur de James W.W. Birch, le premier résident britannique de l’état du Perak (assassiné plus tard) et inauguré en 1909. Juste au-dessus de l’horloge, un clocher abrite une grosse cloche et quatre plus petites qui vont sonner les heures.

heritage walk ipoh malaisie

Sous l’horloge, quatre panneaux sur chaque côté représentent l’évolution de la civilisation : de l’âge de pierre à la période de la science moderne qui est celui pris en photo ci-dessous est le panneau donnant à l’est. On y voit entre autres représentés Isaac Newton, Florence Nightingale, Charles Darwin, Beethoven …

memorial ipoh tower

Outre ces constructions qui datent de la période de l’occupation britannique, vous remarquerez de nombreuses maisons chinoises, qui rivalisent de couleurs et de riches décors, en voici quelques unes :

perak ipoh architecture malaisie

ipoh maison chinoise malaisie

architecture ipoh malaisie

Le street art

C’est bien évidemment la partie qui m’a le plus séduite dans la ville, étant passionnée de street art comme vous le savez … mais pas de noms d’artistes connus ici, il s’agit plutôt d’artistes locaux et beaucoup de fresques sont de Erik Lai. Ce professeur de dessin est très actif et ses thèmes de prédilection sont l’histoire culturelle de la Malaisie, incluant tous les groupes ethniques, les enfants, Il les invite d’ailleurs à peindre avec lui les différentes fresques. Comme indiqué en début d’article, passez à l’office du tourisme et récupérez un plan, le Ipoh Mural Art Trail (mais attention, celui-ci est loin plutôt sommaire et ne présente que neuf oeuvres).

Voici une photo de Mural Art’s Lane (adresse dans Google map : Jalan Masjid, Taman Jubilee), une rue calme ou vous pourrez déambuler sans stress (pas ou peu de circulation). Mais il y a des fresques un peu partout ailleurs dans la ville, gardez l’oeil ouvert …

Ayant consulté des guides voyage papier ayant pignon sur rue, gros étonnement de voir qu’aucun ne parle de cet aspect pourtant très riche d’Ipoh … après certains prennent les blogueurs voyage pour des guignols, mais franchement ça me fait bien rire, qui fait bien son travail là ?

murals lane ipoh malaisie

L’une des fresques les plus imposantes de E. Zacharevic est celle-ci : peinte à la chinoise, elle montre l’évolution (d’où son titre) d’une ville d’étain à l’époque coloniale.

malaisie ipoh fresques art

Les deux fresques ci-dessous sont de Erik Lai, celle de gauche peinte en 2018 montre une musicienne (« Guzheng »), celle de droite en 2014, « Knowledge will give you power character but respect » – Bruce Lee (1940-1973).

eric lai murals ipoh perak

perak ipoh street art

Une publicité pour la marque d’eau minérale « Cactus » : life goes on with Cactus – preserve Malaysia wildlife (régie Vilmedia.Asia)

tiger street art ipoh perak

De nombreuses oeuvres en 3D (idéales pour faire des photos sympa, en faisant partie du décor) sont réalisées par l’artiste lithuanien Ernest Zacharevic  dont vous verrez beaucoup d’oeuvres également à George Town dans le Penang.  Bien que certaines soient très anciennes, (il a peint 7 oeuvres ici en 2014, en partenariat avec la marque de café OldTown) elles ont toujours un grand succès ! C’est quelqu’un qui voyage beaucoup et a posé ses dessins dans le monde entier, y compris à Wynwood en Floride ! Celle ci-dessous se trouve sur Market Lane, une rue très sympa, couverte de parapluies de couleur.

malaisie ipoh street art

ipoh murals malaisie street art

malaisie perak ipoh street art

Le white coffee d’Ipoh est une spécialité du coin, un café dont les grains sont torréfiés dans de l’huile de palme, et servi avec du lait condensé sucré : (an old uncle drinking coffee), juste en face de l’office du tourisme (art par Ernest Zacharevic).

café ipoh street art

Si vous aimez le street art et que vous visitez la Malaisie, je vous conseille d’aller également à George Town (Armenian street) dans l’état du Penang ou à Melaka (Jonker street).

Le musée Han Chin Pet Soo

Nous avons visité un musée très intéressant, situé dans la villa Han Chin, où se trouvait un club privé que des mineurs chinois de la région de Hakka avaient fondé en 1893. C’était un endroit où ils pouvaient échanger avec leurs collègues ou amis de la même région, fumer de l’opium, et aussi s’adonner aux jeux de hasard, voir des femmes danser …

En 2013, le nombre d’inscrits au club étant très à la baisse, l’association IpohWorld en fit l’acquisition et procéda à sa restauration. C’est un très bel endroit, où on peut voir au rez-de-chaussée une grande salle à manger, la cuisine et les ustensiles, ainsi que des reconstitutions de scènes concernant l’extraction de l’étain. Au premier étage on découvre les activités des membres du club de l’époque, sous forme de scènes avec des mannequins attablés à des tables de jeu, ou allongés sur des bancs en train de tirer sur les pipes à opium. Même si vous ne le visitez pas, venez admirer sa très jolie façade avec un bow window xxxx

han chin pet soo perak ipoh

Dans la partie inférieure de la façade, de très beaux panneaux en céramique représentent un motif floral ainsi que des paons qui sont la manifestation de la divinité du phoenix sur terre, mais aussi l’un des douze symboles de la royauté. En art décoratif, il symbolise la dignité et et la beauté.

musée han chin pet so

musée han chin pet so ipoh perak

Si vous avez le temps et si vous vous intéressez au thé, juste à côté de ce musée se trouve dans le bâtiment bleu le Ho Yan Hor museum (musée du thé chinois, qui retrace le parcours du Dr Ho Kai Cheong, qui a mis au point des décoctions de plantes destinées à guérir rhume, grippe ou améliorer la santé en général).

Musée Han Chin Pet So (Hakka Tin Miners museum) –  3 Jalan Bijeh Timah – (entrée gratuite mais contribution recommandée de 10 ringitts) – fermé le lundi

Flâner sur Concubine Lane

Après un incendie qui détruisit la ville en 1892, la ville fut reconstruite, et le grand patron des mines, Yao Tet Shin, offrit trois des rues à ses femmes. Wife Lane (Lorong Hale) , Concubine Lane (Lorong Panglima), Second Concubine Lane (Market Lane). Il paraît que c’est dans ces rues que les riches exploitants des mines ainsi que les officiers britanniques gardaient leurs maîtresses, mais on y trouvait aussi des tripots et établissements pour fumer l’opium, et au premier étage des maisons on y trouvait des « maisons closes », jusqu’à la fin de la deuxième guerre mondiale.

Cette petite allée étroite, renommée Panglima Lane) est l’une des plus animées de Ipoh . Quelques boutiques, restaurants, mais aussi par endroits des maisons bien décaties aux crépis multiples dont les couleurs rappellent un passé plus glorieux … Je vous recommande d’y flâner et pourquoi pas y faire quelques emplettes, souvenirs ou autres …

ipoh malaisie concubine lane

concubine lane ipoh malaisie

malaisie ipoh concubine lane

malaisie perak ipoh concubine lane

Les stores d’Ipoh

Partout en Malaisie mais notamment ici à Ipoh, les stores à lamelles en bambou ou en fines tiges de bois reliées par de la ficelle sont légion et ont à la fois un rôle protecteur (du soleil) pour la boutique qui les a installés, mais aussi un but publicitaire avec des inscriptions et dessins sur ceux-ci qui sont sensés attirer l’oeil du badaud … Sa fabrication demeure d’ailleurs une activité artisanale ; les inscriptions sont parfois bilingues, voire trilingues (chinois, anglais, arabe).

ipoh stores bambou malaisie perak

Ces écrans ou bidaï sont placés devant les échoppes qui se succèdent sous les arcades, une galerie qu’on appelle kika lima ou en anglais la  five-foot-way (passage de 5 pieds, soit 1,50 mètre). On en trouve encore dans les petites localités, devant les commerces traditionnels ; l’idéal est d’attendre la fermeture des commerces pour les voir baissés en totalité, mais ce n’est pas toujours facile en réalité ! D’ailleurs, la nuit tombée, ces galeries sont envahies de vendeurs à la sauvette ….

Leur apparition remonte à environ 600 ans, quand le chef mongol Tamerlan, à la tête de la Horde d’Or, avait une tente masquée par des écrans constitués de fines baguettes bordées de soie rose. Ce système ingénieux a été abondamment copié depuis …

ipoh stores malaisie

stores bambou malaisie ipoh

 

Le marché nocturne

C’était un petit challenge de prendre des photos de cette ambiance animée et nocturne sur le marché Gerbang Malam ; je m’en suis bien sortie avec mon lumineux objectif Lumix 25 mm focale 1.7 (j’ai depuis acheté la version en 20 mm), et j’ai adoré capturer ces scènes de vie sur le vif. Même si j’étais un peu déçue que ce marché n’ait pas de partie alimentaire (il s’agit surtout de vêtements, accessoires et autres gadgets, mais aussi plusieurs stands de réflexologie, où on peut se faire masser les pieds), heureusement, aux alentours étaient installés des restaurants de cuisine locale, qui étaient plus propices à des clichés de photo de rue.

marché nocturne ipoh malaisie

gerbang malam marché ipoh malaisie

gerbang malam ipoh marché nocturne

perak ipoh gerbang malam

malaisie ipoh perak marché nocturne

Shopping

Dans la vieille ville comme je vous l’ai dit plus haut vous pouvez aller sur Concubine lane, et pour une ambiance plus aseptisée (et climatisée), je vous conseille le centre commercial qui se trouvait à côté de notre hôtel, le Parade shopping Center. Il est vraiment immense et on y trouve des commerces très variés.

centre commercial ipoh perak

Où manger ?

Je vous recommande un très joli coffee-shop (kopitiam) sur Mural’s lane, rempli d’objets vintage ou vieux articles publicitaires, où on peut manger également. L’accueil y est très chaleureux et c’est un lieu idéal pour une pause après une orgie de street art !

ipoh n°100 cafe vintage malaisie

no100 vintage cafe ipoh food

vintage cafe 100 mural arts lane ipoh

Vintage n°100 Cafe – Mural Art’s Lane et 100, Jalan Sultan Iskandar, Taman Jubilee  (fermé le lundi)

Pour changer un peu de la nourriture malaisienne, il y a un très bon restaurant pour des bao et dim sums, un peu en périphérie, où nous nous sommes régalés !

ipoh malaisie restaurant

restaurant bao ipoh malaisie

Canning Dim Sum – No.1, Lebuh Cecil Rae , Taman Canning

Où dormir ?

J’ai séjourné au Weil Hotel, un quatre étoiles un peu à l’écart de la vieille ville, mais très proche d’un grand centre commercial, et offrant un restaurant et une piscine sur le roof top. Les chambres sont très confortables et modernes.

perak ipoh weil hotel

ipoh weil hotel piscine

Weil Hotel – 292, Jalan Sultan Idris Shah

N’hésitez pas à me poser vos questions sur la ville d’Ipoh, j’essaierai d’y répondre ! En attendant, un seul petit clic sur la photo ci-dessous vous permettra de conserver cet article pour une relecture éventuelle ultérieure sur votre compte Pinterest …

IPOH TOURISM INFORMATION CENTRE
Jalan Panglima Bukit Gantang Wahab, Perak, Malaisie (à côté du parc Padang) – ouvert tous les jours de 9h à 13h puis de 14h à 18h sauf le Vendredi de 09h à 12h15 puis de 14h45 à 18h

OFFICE DU TOURISME DE MALAISIE
Site Web : https://www.malaysia.travel/en/intl

4 commentaires

  1. 1
  2. 2
  3. 3
    • 4

      hello Valérie, merci pour ton commentaire ; j’ai un lumix panasonic DMC-GX80 et j’en suis très contente, il est léger mais robuste, et j’ai acheté des objectifs qui permettent justement de faire des photos en basse lumière, avec de petites focales.

Répondre à Monica Annuler la réponse.

Votre adresse email ne sera pas visible. Les champs obligatoires sont marqués *

Vous pouvez utiliser HTML les tags et attributs: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.