Guadeloupe : au nord de Grande Terre

Voici le détail de nos petites visites le deuxième jour de nos vacances en Guadeloupe. Je vous avais raconté dans un précédent article  notre premier jour à l’est de Grande Terre.

En chemin, nous avons fait un petit arrêt devant la Maison Zévallos pour admirer son architecture, ses galeries superposées garnies de fines balustrades qui proviennent des ateliers de Gustave Eiffel. Je l’ignorais avant de venir ici, mais cette maison est la réplique du Musée Saint-John Perse à Pointe-à-Pitre, car deux exemplaires de ces premières maisons préfabriquées et embarquées sur un bateau en France pour arriver en Louisiane chez le personnage fortuné qui les avait commandées. Hélas, une avarie sur son bateau força le capitaine à s’arrêter à Pointe-à-Pitre et à vendre aux enchères sa cargaison pour financer les réparations …

Les jours et horaires d’ouverture sont assez variables, (faute sans doute de trouver des bénévoles pouvant assurer les visites de façon régulière) aussi je vous conseille de téléphoner avant pour vous assurer que la Maison est ouverte. Au fond du terrain je crois qu’il y a un grand mur avec de belles fresques de street art, je dis ça, je dis rien 😉 Il paraît que la maison est hantée, je ne vais pas vous spoiler l’histoire tragique si jamais vous faites la visite guidée.

maison zevallos guadeloupe

Deuxième étape, la ville du Moule, qui n’a pas de grand intérêt sauf quelques façades colorées de maisons en bois, et la jolie mairie , de 1927.

La plupart des boutiques vendent les mêmes vêtements bon marché, exposés sur des mannequins sans tête près du trottoir.

Ci-dessous, l’ église Saint-Jean Baptiste, dont la façade est du XVIIème siècle, mais le reste a été reconstruit entre 1825 et 1850.

le moule eglise guadeloupe

le moule mairie guadeloupe

street art le moule guadeloupe

J’ai particulièrement adoré cette maison rose vif aux volets jaunes !

guadeloupe le moule maison

J’ai eu la bonne surprise de voir ici et là quelques dessins sur des murs, il faut aller dans les petites rues aux alentours de la rue principale pour les dénicher.

guadeloupe le moule street art

guadeloupe le moule street art

Impossible d’aller aux Antilles et bien sûr en Guadeloupe sans visiter une distillerie de rhum ! Nous avons arrêté notre choix pour Damoiseau , sans raison autre que sa situation qui collait bien à notre itinéraire de visite. Bien sûr si vous en connaissez d’autres qui sont intéressantes à voir, n’hésitez pas à me le faire savoir dans les commentaires, merci !

visite rhum damoiseau guadeloupe

On peut se promener seul dans l’usine, parfois quelqu’un donne des explications, mais sinon il y a des panneaux qui détaillent les différentes étapes de la distillation. On voit aussi une petite chaîne d’embouteillage et d’étiquetage en fonctionnement.

Ensuite bien sûr (ou avant la visite éventuellement) on peut se diriger vers un petit bar pour une dégustation gratuite des différents rhums et rhums arrangés de la marque (avec modération). Tout se termine bien entendu à la boutique, bien achalandée et d’où on ressort avec quelques bouteilles (celles qui contiennent le rhum arrangé sont en plastique, donc moins fragiles et moins lourdes !)

distillerie damoiseau guadeloupe

visiter damoiseau rhum distillerie

damoiseau visite distillerie

degustation damoiseau distillerie

Vous vous souvenez peut-être que je vous avais déjà montré une Porte d’Enfer dans mon précédent article sur l’Est de Grande Terre ? Eh bien en voici une deuxième ! Cette petite anse encaissée est cernée de ces falaises d’une centaine de mètres de hauteur, encore un paysage très impressionnant et vierge de toute construction !

porte enfer guadeloupe falaise

Non loin, nous avons décidé de déjeuner au restaurant Chez Madame Coco, et nous n’avons pas été déçus, très bons acras et vivaneau grillé. Il se trouve près d’une ravissante petite plage, mais hélas envahie de sargasses et la baignade était interdite, un cordon était même tiré pour décourager les téméraires.

Je vous conseille le café gourmand, avec une petite crêpe, un sorbet coco et quelques fruits frais.

vivaneau grillé madame coco guadeloupe

guadeloupe restaurant chez madame coco

Une randonnée (niveau difficile) peut se faire depuis le restaurant, la trace des falaises. Il faut cependant être bien équipé surtout au niveau des chaussures, car le sol est recouvert de roches acérées et coupantes ; on n’a fait que la partie jusqu’au trou de Madame Coco, soit pendant environ 15 minutes, la partie facile.

panorama trou madame coco guadeloupe

sentier guadeloupe randonnee

J’ai remarqué de drôles de formes sur les pierres au sol, si quelqu’un en connaît l’origine …

rocher sentier randonnee guadeloupe trou coco

Voici donc le trou de Madame Coco, c’est là que nous avons fait demi-tour. Attention à ne pas trop s’approcher du bord, même si la tentation est grande ….

guadeloupe trou madame coco

Tout en haut de Grande Terre, nous arrivons à la Grande Vigie ; c’est le point le plus au nord de Grande Terre, et ses falaises calcaires sont impressionnantes ! Si vous êtes allés en Normandie ou en Bretagne, cela vous semblera peut-être familier ? C’est aussi le point le plus élevé de l’île, à 84 mètres au-dessus du niveau de la mer.

pointe vigie guadeloupe falaise

grande terre pointe vigie

On a fait trempette à la plage de la Chapelle à Anse-Bertrand ; c’est une très jolie plage, qui comme vous le voyez était, elle, épargnée par les algues …

plages de guadeloupe

Après cette pause bien agréable sur un beau sable blanc, nous sommes allés à Petit-Canal , voir ce grand escalier, baptisé « les marches des esclaves » . Contrairement à ce qu’on pourrait croire, cet escalier servait tout simplement à transporter les marchandises arrivant au port, en bas, ver le haut du village.

Presque au pied de l’escalier, on remarque un buste, celui de Louis Delgrès, qui a beaucoup oeuvré pour que l’esclavage ne soit pas rétabli après son abolition en 1794.

marches esclaves petit canal guadeloupe

Deux jolies fresques de street art se trouvent en bas à droite de l’escalier, en voici une :

guadeloupe street art petit canal

A 200 mètres de là, des ruines d’une ancienne prison : le lieu bien qu’en très mauvais état est assez original, car un figuier maudit a complètement envahi les lieux, ses racines passant même au dessus des murs. Si le lieu est classé aux monuments historiques, il n’est pas du tout entretenu et même dangereux je pense (nous avons même vu un panneau « interdit au public » en partant), les murs menaçant de s’effondrer.

 

 

guadeloupe prison esclaves petit canal

Dernière visite pour la journée, le célèbre cimetière de Morne-à-l’Eau , que vous avez peut-être déjà vu sur Instagram ? Je ne pensais pas qu’il était si grand, il y a environ 1800 tombes, dont beaucoup sont couvertes de carreaux noir et blancs. Le yin et le yang, la vie et l’au-delà, chacun cherche son explication à ces deux tons majoritairement utilisés. Quelques « originaux » ont choisi du bleu ou du rose, plutôt pâle,

morne a l'eau cimetière

Certains caveaux ont même un toit et une terrasse, la palme revenant à celui de la famille Moutoussamy, qui a vu grand (voir ci-dessous), en faisant construire un véritable pavillon sur deux niveaux avec porte-fenêtre, escalier, terrasse.

En tous cas la plupart des sépultures est bien entretenue, les allées peut-être un peu moins. Nous l’avons découvert au coucher du soleil, c’était très beau.

caveau Moutoussamy morne a l'eau guadeloupe

Voilà, c’était une journée bien remplie et riches en découvertes ! Dans mon prochain post on découvrira la partie sud de Grande-Terre … à bientôt donc !

6 commentaires

  1. 1
  2. 2
  3. 4
  4. 6

Répondre à Antony Annuler la réponse.

Votre adresse email ne sera pas visible. Les champs obligatoires sont marqués *

Vous pouvez utiliser HTML les tags et attributs: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.